XXX – Marko Lebeau : jeune, mais déjà expérimenté

Par  |  Aucun commentaire

Marko Lebeau : acteur porno gay

RG. Avais-tu prévu de devenir acteur porno ?

Marko Lebeau. J’ai toujours été exhibitionniste mais devenir acteur porno ne faisait pas partie de mes plans. J’ai déménagé à Montréal à l’âge de 18 ans, le reste s’est enchaîné naturellement. J’ai dansé pendant quelque temps au Campus, en plus d’être modèle et vendeur chez Priape. C’est justement un ami de Priape qui m’a proposé de passer les auditions des studios Next Door qui se tenaient au Stock Bar. Au départ, ça ne m’intéressait pas du tout. Mais le jour des auditions, je suis passé devant le Stock et j’ai décidé d’entrer sans vraiment réfléchir. J’ai fait les auditions et j’ai été sélectionné.

RG. Tu sembles très en demande depuis, raconte-nous tes débuts. 

M.L. Ma première scène était un solo et tout s’est très bien déroulé. J’étais seul avec un caméraman et j’étais à l’aise. J’ai fait ma première scène avec une fille et ça ne s’est pas très bien passé. J’étais nerveux et il n’y avait aucune chimie entre nous. On m’a ensuite envoyé en Californie pour tourner avec des hommes et j’ai adoré l’expérience. J’ai été approché par l’agence américaine FabScout qui m’a pris sous son aile, ce qui m’a amené à travailler pour Colt, Falcon, Lucas Entertainment, Men.com et Cocksure Men. J’ai été exclusif à Next Door pendant un certain temps mais j’ai décidé de ne pas renouveler mon contrat.

RG. Tournes-tu toujours des scènes hétérosexuelles ?

M.L. Non. Je n’ai pas vraiment apprécié ma première expérience alors j’ai choisi de faire des films exclusivement gais. C’est beaucoup plus facile et moins stressant de tourner avec des hommes. Les acteurs ont tous le goût d’être là et de faire la scène alors que les femmes m’ont donné l’impression d’avoir beaucoup moins de plaisir à effectuer ce travail.

RG. Ton entourage est-il au courant de ce que tu fais ?

M.L. Oui, mes parents et mes amis le savent. Il faut dire que je les avais en quelque sorte préparés. Je leur ai annoncé que j’étais danseur nu, que je travaillais chez Priape, etc. Quand je leur ai dit que j’étais acteur porno, c’est comme s’ils s’y attendaient. Ils n’étaient donc pas très surpris et l’ont très bien pris.

Marko Lebeau : entrevue avec l'acteur porno gai

RG. Qu’apprécies-tu de ton métier ? Et qu’est-ce que tu aimes moins ?

M.L. Évidemment, j’adore le sexe. J’aime aussi voyager dans le cadre de mon travail. Avec Next Door par exemple, tous les acteurs se retrouvent dans le même hôtel. On va s’entraîner ensemble, on sort dans les clubs. C’est toujours agréable de faire des nouvelles rencontres. Ce que j’aime moins, ce sont parfois les conditions de travail, qui changent selon le studio. Certains vont mettre beaucoup de pression sur les épaules des acteurs. Tu dois avoir une érection très rapidement et tu dois faire vite. D’autres vont prendre douze heures à tourner une seule scène. Douze heures en érection, c’est long !

RG. Qu’est-ce que tu penses du bareback ?

M.L. Je n’ai jamais fait de scène bareback et ça ne m’intéresse pas. Dès que j’ai commencé dans le métier, je me suis promis de ne jamais faire une scène sans protection. On ne me l’a jamais offert mais même si c’est plus payant, je refuserais sans hésitation. Je travaille pour des compagnies qui nous font passer des tests de dépistage environ une fois par mois et c’est important pour moi de préserver ma santé.

RG. Quel a été ton tournage le plus marquant ? As-tu un fantasme que tu aimerais réaliser ?

M.L. En fait, j’ai deux scènes préférées. J’adore celle que j’ai tournée avec Gabriel Clark, qui est un de mes bons amis. Je garde aussi un excellent souvenir de ma rencontre avec Dylan Roberts, avec qui j’ai tourné pour les studios Falcon. Pour ce qui est du fantasme, j’ai toujours voulu tourner une scène avec François Sagat. J’espère qu’un jour mon souhait se réalisera !

RG. Qu’est-ce qui t’attend prochainement ?

M.L. J’ai deux gros projets en développement mais pour l’instant je ne peux pas en parler puisque rien n’a été officialisé. Je devrais tourner quelques scènes pour Next Door cet été. Pour le reste, j’y vais au jour le jour.

Crédit photos : Falcon Studios.