Un militant GLBT ougandais assassiné

Par  |  Aucun commentaire

davidkato

Il était l’un des militants GLBT les plus mobilisés pour défendre les droits des gais et des lesbiennes en Ouganda. David Kato avait même bravé les menaces en poursuivant en justice le magazine Rolling Stone qui avait appelé au meurtre d’homosexuels, parmi lesquels figurait la victime elle-même. David Kato et d’autres militants avaient obtenu réparation auprès d’un tribunal ougandais fin 2010. Quelques semaines plus tard, son corps a été retrouvé mort à son domicile.

Le gouvernement doit réagir

Que s’est-il exactement passé ? Il est encore trop tôt pour le dire. Le 26 janvier, David Kato a été battu à mort chez lui, près de Kampala, la capitale du pays. De l’argent et des vêtements auraient été dérobés. La police serait sur les traces de deux suspects.
Du côté des militants GLBT proches de David Kato, c’est bien sûr l’abattement et la consternation qui dominent. L’Organisation non gouvernementale Human Right Watch parle d’une «perte tragique pour la communauté des droits humains». Elle demande à la police de diligenter une enquête sérieuse et complete sur les circonstances du drame.
La HRW en appelle aussi au gouvernement ougandais. Selon la HRW, celui-ci doit «s’assurer que les membres de la communauté GLBT ougandise soient adéquatement protégés des violences et doit aussi vite agir contre toute forme de menaces ou de discours haineux pouvant provoquer la violence, la discrimination ou l’hostilité contre eux».