Trois gais violés et torturés dans le Bronx

Par  |  Aucun commentaire

Stonewall

New York est-elle en train de revenir plusieurs décennies en arrière, à une époque il était fréquent de voir des gais se faire violenter ? Ces dernières semaines, les agressions contre des homosexuels se sont en effet multipliées. Début octobre,  un gai de 34 ans a été agressé à l’intérieur même du célèbre Stonewall, bar historique d’où sont parties les première manifestations homosexuelles en 1969. À peu près au même moment, Tyler Clementi, 18 ans, s’est jeté du haut d’un pont de New York  lorsque deux étudiants ont diffusé sur internet une vidéo du jeune universitaire en train de faire l’amour avec un autre homme.
C’est dans ce contexte nauséabond que les autorités new-yorkaises ont rendu publique l’annonce d’une nouvelle agression, particulièrement odieuse. Le 3 octobre, une dizaine de jeunes des « Latin King Goonies » a, selon la police, enfermé un jeune de 17 ans dans un sous-sol d’un appartement du Bronx. Pensant qu’il était homosexuel, les agresseurs l’auraient battu puis sodomisé avec le manche d’une ventouse pour toilettes.

La politique ne donne pas l’exemple

Le gang aurait ensuite enlevé un deuxième homme après avoir appris par la première victime qu’il était homosexuel. Le garçon aurait été sodomisé avec une batte de base-ball, brûlé avec des cigarettes et le gang l’aurait obligé à ingurgiter d’importantes quantités d’alcool. D’après la police, une troisième personne – semble-t-il l’amant de la deuxième victime – a elle aussi été kidnappée par le gang qui l’a ensuite attaché et frappé. 11 jeunes d’une vingtaine d’années ont pour l’instant été interpellés suite à ces actes barbares.
Les réactions se sont bien sûr multipliées depuis l’annonce de ces nouvelles agressions. La National Gay and Lesbian Task Force rappelle qu’en plus de ces drames déjà connus, «il y a tellement de crimes haineux qui ne sont pas signalés». De son côté, le maire de New York Michael Bloomberg se déclare «dégoûté» par les événements qui ont eu lieu dans le Bronx.
Les hommes politiques ne sont pourtant pas exempts de tout reproche dans cette montée de l’homophobie. Dernier exemple en date : le candidat républicain pour le poste de gouverneur de l’État de New York, Carl Paladino, a expliqué en fin de semaine dernière que «les jeunes enfants ne devraient pas être exposés à l’homosexualité, en particulier à la fierté gaie. Je ne sais pas si vous y êtes déjà allés mais ils portent ces petits slips et ils se pressent les uns contre les autres. C’est horrible».
Photo : Stonewall Inn, Sheridan Square – Arnaud Baty