Tennessee Williams, 110 ans plus tard

Par  |  Aucun commentaire

Un tramway nommé désir, Une chatte sur un toit brûlant, La ménagerie de verre… Autant d’œuvres magistrales, souvent magnifiées au cinéma (avec des interprétations inoubliables de Marlon Brando, Elizabeth Taylor ou Vivien Leigh) et qui ont inscrit Tennessee Williams au Panthéon des plus grands auteurs américains du XXème siècle.

Né il y a cent-dix ans (le 26 mars 1911 exactement), il a été célébré en 2011 comme il se doit. Pour leur part, les responsables Robert Laffont ont eu la bonne idée de publier un recueil de quelques-uns de ses chefs-d’oeuvre, simplement intitulé Théâtre, Roman, Mémoires.

Homosexualité et drâme

Comme l’indique la préface très instructive de la journaliste Catherine Fruchon Toussaint, la (re)lecture de ces pages nous rappelle le talent formidable de l’écrivain originaire du Mississipi pour refaire vivre un univers terriblement humain, dur et cruel. Un monde qui prend sa source dans la vie même Tennesse Williams, homme excessif (alcool notamment) et marqué au fer rouge par une vie familiale infernale (un père violent, une mère défaillante et surtout un sœur adorée qui sera lobotomisée).

Celui qui ne cachait pas son homosexualité (même s’il a commencé à la vivre à l’aube de la trentaine) l’évoque, implicitement ou non, dans son œuvre, à une époque où la société américaine faisait preuve d’un terrible puritanisme. Du désespoir de Blanche Dubois (dans « le Tramway») après le suicide de son mari gai aux sentiments ambigus de Brick pour son meilleur ami dans Une chatte sur un toit brûlant, on retrouve une homosexualité liée toujours au drame. Pour ceux qui ne connaissent pas la vie et l’œuvre magistrale de Tennessee Williams, ce livre est en tout cas l’occasion idéale de rattraper le temps perdu.

Théâtre, Roman, Mémoires
Tennessee Williams
Préface de Catherine Fruchon-Toussaint
Robert Laffont
61,95$