Obama s’engage contre l’intimidation à l’école

Par  |  Aucun commentaire

Tyler Cementi

Barack Obama en fait un enjeu personnel. Dans un communiqué mis en ligne sur le site de la Maison Blanche, le 21 octobre, le président américain a d’ailleurs mentionné sa propre histoire, ses propres souffrances pour s’adresser aux jeunes gais : «Lorsque j’étais un jeune adulte, j’ai fait face aux blagues et railleries auxquelles trop de jeunes font face aujourd’hui. J’ai considéré le suicide comme une solution. Mais, j’ai eu de la chance. Une collègue de travail a su reconnaître ma peine et est devenue ma confidente. Elle m’a poussé à chercher de l’aide. Elle a sauvé ma vie».

Ce communiqué rappelle par ailleurs la mise sur pied, l’an dernier, d’un groupe de travail fédéral concernant l’intimidation qui a lancé le site www.bullyinginfo.org.
Plusieurs initiatives éclosent à travers le pays
Des rassemblements de responsables associatifs, d’hommes politiques, de parents, d’élèves et de professeurs se tiennent depuis le début du mois d’octobre dans les villes touchées par la vague de suicides de jeunes gais. «Il y a un vrai mouvement de terrain à travers le pays», affirme Johnny Cooper, du Trevor Project, une association spécialisée dans la prévention du suicide chez les LGBT.
Les acteurs mobilisés sont bien décidés à attirer l’attention des écoles et de l’État sur la question de l’homophobie en milieu scolaire. Ce problème touche neuf élèves homosexuels sur dix, selon le réseau d’éducateurs et d’élèves Gay, Lesbian and Straight Education Network.
Steven Goldstein, fondateur de Garden State Equality — une association de défense des LGBT à l’origine du rassemblement dans le New Jersey — explique qu’«il y a 45 États américains qui ont des lois anti-harcèlement, toutes faibles. […] Nous voulons des standards pour les professeurs et les proviseurs dont les élèves sont confrontés à des problèmes de harcèlement, des lois qui enseignent le respect dans les écoles. Nous devons protéger nos enfants».

[DDET Lire la suite de l’article]

Des personnalités publiques s’engagent
Le journaliste gai Dan Savage, connu pour sa chronique conseil Savage Love qui traite de sexualité avec humour, a créé un poste YouTube, It Gets Better Project. Les internautes peuvent y téléverser des messages d’espoir à la communauté LGBT.
Les artistes de Broadway, le quartier des comédies musicales à New York, en ont quant à eux fait une chanson «It Gets Better – Ça ira mieux après» à l’attention des jeunes gais mal dans leur peau. Les bénéfices des ventes de la chanson iront au Trevor Project.
L’humoriste et animatrice Ellen DeGeneres, elle-même lesbienne, a pour sa part enregistré un message passionné à l’attention des adolescents gais victimes d’intimidation. Dans son vidéo, aussi disponible sur YouTube, elle promet aux jeunes que la situation s’améliorera et qu’ils devront tous «être en vie pour le voir».
«J’ai le cœur brisé pour leur famille, leurs amis et pour la société qui laisse cela se produire. Ces jeunes ont besoin de nous. Nous avons l’obligation de changer les choses. Partout, des messages valident ce type d’intimidation et de railleries que nous devons arrêter. Nous ne pouvons laisser l’intolérance et l’ignorance prendre la vie d’un autre jeune», a affirmé DeGeneres.
Les victimes de septembre 2010
Le 9 septembre, Billy Lucas, 15 ans, s’est pendu à cause des moqueries dont il faisait sans cesse l’objet dans son école de l’Indiana.
Treize jours plus tard, Tyler Clementi, un universitaire du New Jersey de 18 ans, s’est jeté d’un pont après qu’une vidéo diffusée sur le Web par son colocataire l’a montré dans un moment d’intimité avec un autre garçon.
Le 28 septembre, au Texas, Asher Brown, 15 ans, s’est tué après sa sortie du placard. Le même jour, en Californie, Seth Walsh s’est pendu dans son jardin, excédé par les moqueries de ses camarades de classe, à 13 ans. Des proches du garçon travaillent au lancement d’une campagne contre l’homophobie dans les écoles.

[/DDET]

Crédits photo : AFP