Suicide de Jamey Rodemeyer : « It Didn’t Get Better »

Par  |  Aucun commentaire

It Gets Better

« Les gens continuent simplement de me haïr, me disant que les homosexuels vont en enfer », affirme Jamey Rodemeyer dans sa vidéo, au cours de laquelle il remercie notamment Lady Gaga de supporter la communauté gaie. « Aime-toi et tu seras fixé. Je te le promets, tout ira mieux », assure-t-il ensuite.

Comme beaucoup d’autres adolescents qui n’arrivent pas à s’intégrer parce qu’ils sont LGBT – ou perçus comme tels – Rodemeyer faisait souvent l’objet de harcèlement sur Internet. Selon le site d’actualités Digital Life, Jamey aurait même reçu, plus tôt cette année, des messages via le réseau social Formspring lui disant « Je m’en fous si tu meurs. Tout le monde s’en fout. Alors, fais-le donc :) Ça rendrait tout le monde VRAIMENT plus heureux ! ».

Avec une ironie plutôt amère, le décès de Jamey survient seulement quelques jours après la Semaine nationale de la prévention du suicide, durant laquelle il avait publié ce message sur son site web, « Personne ne se soucie de la prévention du suicide à mon école et vous êtes ceux-là mêmes qui m’insultent et me détruisent ».

« J’ai toujours dénoncé l’intimidation et la discrimination dont je suis victime, mais personne ne m’écoute », avait-il écrit le jour suivant. « Que dois-je faire pour que les gens m’écoutent ? »

La mère de Jamey réagit

La mère de Jamey, Tracy, a évoqué le harcèlement dont son fils était victime. « Les gens lui disaient, ” tu ressembles à une fille ” ou quelque chose du genre, et même certains d’entre eux lui disaient ” Tu es gai, ou quoi ? ” et évidemment, il n’aimait pas être traité ainsi. »

« Il était vraiment engagé contre le harcèlement et l’intimidation », évoque-t-elle. « Il vivait cette situation depuis la cinquième année du primaire. Il avait des tendances suicidaires depuis cette époque. » Tracy affirme que son fils était suivi par un thérapeute et un travailleur social.

« Il semble que Jamey avait de l’aide – il voyait un thérapeute et un travailleur social et sa famille le soutenait – mais ça n’était pas assez », a écrit Dan Savage, directeur éditorial pour l’hebdomadaire The Stranger, et auteur de la réputée chronique « Savage Love ». Dan Savage a lancé le projet « It Gets Better » avec son conjoint, Terry Miller, en septembre 2010, après qu’une vague de suicides a été reliée au harcèlement homophobe aux États-Unis et au Canada.

« La mission du projet est de donner de l’espoir en l’avenir et en leur futur aux jeunes comme Jamey Rodemeyer », a-t-il écrit sur le blogue du journal The Stranger. « Mais parfois, l’espoir, ça n’est pas suffisant. »

Crédits photo (Flickr) : nettsu

La vidéo de Jamey Rodemyer, ci-dessous, sert de triste témoignage vis-à-vis des conséquences endémiques de l’homophobie et du harcèlement dans une société qui refuse d’enrayer le problème à la source.