Sorties DVD de la semaine : le dernier Almodovar et un film israélien

Par  |  Aucun commentaire

La peau que j'habite Almodovar Tu n'aimeras point Israël

Difficile de parler du dernier film de Pedro Almodóvar tant l’intrigue, qui prend forme petit à petit, surprend et représente l’atout principal de ce long métrage de deux heures. Histoire de laisser le suspense entier, contentons-nous donc que signifier que le sombre La peau que j’habite est un bon cru, rappelant quelque peu l’esprit de La mauvaise éducation.

Au lieu de Gael Garcia Bernal, le réalisateur espagnol a fait appel à un autre sex-symbol. Plus de 20 ans après Attache-moi, Antonio Banderas retrouve celui qui a lancé sa carrière. Un double constat s’impose : à bientôt 52 ans, l’acteur espagnol garde tous ses atouts, avec un charme magnétique à l’écran. Surtout, son interprétation de l’angoissant chirurgien plastique Robert Ledgar convainc et rappelle toutes ses qualités d’acteur.

Tabou au Moyen Orient

Si Tel-Aviv reste considéré comme l’une des villes les plus homosympas au monde, Israël doit faire avec un fort conservatisme dans différentes tranches de sa société. Tu n’aimeras point (sorti en 2009) aborde le tabou que représente l’homosexualité dans la communauté ultraorthodoxe.

Loué par la critique pour son réalisme, le film d’Haim Tabakman relate l’histoire du boucher Aaron, rejeté par sa famille et sa communauté lorsqu’il tombe amoureux de son apprenti, le jeune Ezri. « Avoir des relations sexuelles avec une personne du même sexe, c’est une chose. Mais dans le monde orthodoxe, il faut savoir que l’homosexualité n’existe pas. Elle n’est pas reconnue comme étant une possibilité », explique le réalisateur, Haim Tabakman, pour qui il s’agit du premier long métrage.