Sondage : les Québécois à l’aise avec l’homosexualité

Par  |  Aucun commentaire

Hebdos Québec sondage homosexualité

À première vue, cela ressemblerait presque à un plébiscite pour les gais québécois ! À la question de savoir si le fait d’apprendre qu’un de leurs amis est homosexuel changerait quelque chose à leur amitié avec cette personne, 83% des sondés ont répondu par la négative. L’étude a été réalisée par l’association Hebdos Québec sur un échantillon de 29.016 Québécois et Québécoises âgé(e)s de 18 ans ou plus et pouvant s’exprimer en français, entre le 30 avril et le 29 juin 2011.

Autre bonne surprise de ce sondage, les données pour certaines régions s’avèrent parfois supérieures à celles récoltées sur le plan national. Ainsi, ce sont carrément 84% des habitants de Lanaudière qui font preuve d’acceptation. Le taux y est même de 90% pour les 60-69 ans dans cette partie du Québec.

Toujours dans cette région, on constate néanmoins un certain malaise chez les 18-29 ans où le résultat stagne à 79%. La même tendance transparaît au niveau national, puisque 20% des jeunes situés dans cette tranche d’âge disent ne pas percevoir de manière positive la sortie du placard d’un ami.

Différence entre les chiffres et le terrain

Le média lanaudois La Revue apporte une confirmation de cette relative intolérance chez les nouvelles générations en interrogeant Martin Fournel. Le coordonnateur de l’organisme Le Néo, qui s’adresse aux jeunes allosexuels de la région, évoque même les grandes différences entre les réponses des personnes interrogées et la réalité du terrain.

« C’est facile de répondre à un sondage, mais souvent, quand les gens sont confrontés à une telle situation, ils réagissent bien différemment, explique-t-il. Par exemple, nous présentons des ateliers dans les écoles secondaires du territoire et depuis une douzaine d’années, nous sondons les élèves sur le thème de l’homosexualité. Et je vous dirais qu’en douze ans, les mentalités des jeunes n’ont pas beaucoup évolué. »

Dans les Chaudières-Appalaches, 79% des sondés disent n’avoir aucun problème avec l’éventuelle homosexualité d’un des leurs amis. Là encore, les jeunes sont moins tolérants, le taux descendant à 67%.

Crédits photo: Lusignan.