SIDA: NOUVEL ESPOIR DE VACCIN

Par  |  Aucun commentaire

vaccin sida canada

Un vaccin contre le virus du sida entièrement nouveau vient d’être mis au point par une équipe franco-chinoise et a été testé dans le modèle animal le plus proche de l’homme, le macaque.  Cette vaccination a protégé durablement 15 animaux sur 16 d’une infection par le virus de l’immunodéficience du singe, équivalent chez cet animal du virus du sida ou VIH chez l’homme.

Le vaccin a été crée par une équipe dirigée par le professeur Jean-Marie Andrieu de l’Université Paris-Descartes et Louis Wei Lu, directeur de l’Institut de recherche pour le développement à Montpellier en France.

Ce vaccin ne fait appel à aucune  injection et peut être administré directement par voie orale.  Le vaccin neutralise l’activation des cellules infectées nécessaire à la multiplication du virus.

Le Docteur Olivier Schwartz, directeur du département de virologie de l’institut Pasteur de Paris où l’identification du virus du sida s’est réalisé en 1983, voit dans cette découverte un travail intéressant et prometteur: ` Il y a de nombreux autres essais de candidats vaccins chez le singe, mais l’approche est ici originale.  

Pour se reproduire, le VIH doit attendre que la cellule qu’il infecte s’active elle-même:  En rendant l’organisme capable d’inactiver ses propres cellules infectées, nous tuons dans l’oeuf toute multiplication du virus ` explique  le Professeur Andrieu.

Une telle inactivation est produite par les bactéries intestinales qui doivent induire une tolérance de notre organisme à leur égard.  L’expérience a pu être menée sur une centaine de singes à l’instutut de médecine tropicale de Canton, en Chine.  Elle a consisté à exposer l’intestin des singes à de fortes concentrations d’une souche bactérienne en présence du virus du sida inactivé.  L’espoir des chercheurs était d’induire une tolérance du système immunitaire qui engloberait aussi le virus présent.  Lorsque trois mois plus tard, 8 singes vaccinés furent contaminés par de fortes doses de virus, aucun n’a été infecté, contrairement aux singes non vaccinés, qui l’ont tous été.  Lorsque plus d’un an après la vaccination, 8 singes furent à nouveau contaminés, 7 ne présentèrent aucun virus ni dans leur sang ni dans leurs muqueuses.  Trois ans plus tard, tous ces singes sont toujours indemnes du virus et le seul qui est infecté, mais toujours vivant, est celui qui, dans les tests, n’avait pas développé de tolérance.

La prochaine étape concise à tester le vaccin sur des humains.  Le professeur  Jean-Daniel Lelièvre de l’Agence Nationale française de recherches sur le sida affirme cependant: Le virus humain varie beaucoup plus que son équivalent chez le singe et, d’autre part, les macaques sont plus souvent résistants à l’infection que chez l’homme.

Quoi qu’il en soit, des essais ce se sens chez l’homme devrait commencer dès cette année dans un pays européen et montreront rapidement si cette nouvelle perspective de vaccin a de l’avenir.