San Francisco, un mythe bien vivant

Par  |  Aucun commentaire
Castro où l’on vous recommande le Village House Bed and Breakfast, situé au cœur du quartier pour séjourner. C’est à partir de ce lieu que vous pourrez découvrir San Francisco. La ville déroute d’abord le voyageur qui s’attend à une cité parfaitement ensoleillée. En réalité, il découvre très vite que San Francisco a un micro-climat qui favorise les nuages toute la matinée. Le soleil apparaît rarement avant midi… et disparaît souvent avant la nuit. Mais la beauté de l’architecture locale, la richesse de la gastronomie et la gentillesse généralisée de ses habitants expliquent l’attraction historique de cette ville cosmopolite.

Le Twin Peaks, bar symbole de la sortie du placard

Pour le voyageur gai, les choix de bars ne manquent pas dans Castro. Le Twin Peaks est un incontournable avec sa décoration en bois- il a été le premier bar LGBT avec une devanture visible de l’extérieur. Bref, un bar symbole de la sortie du placard. Pas loin, on pourra déguster des burgers délicieux chez Andy’s et admirer les photos du passé de la ville, notamment ses magnifiques tramways. Certains sont en activité depuis plusieurs décades … et cela se voit !
Le soir en semaine, deux établissements se détachent. Ainsi, on ira soit au 440 Castro – le public y est très mélangé, facilement abordable et les spectacles y sont souvent très drôles – soit encore au Hedge qui a comme particularité de disposer d’une belle terrasse arrière (chose rare dans la ville) et dont la clientèle est plus mixte qu’ailleurs entre gais et lesbiennes.
Pour souper, le choix encore une fois est grand mais l’italien à proximité du Village House est délicieux, projetant même un film tous les soirs (en italien bien sûr). Deux coups de cœur cependant, en fait des immanquables : d’abord un restaurant thaïlandais renversant, le Thai House Express. Puis l’Anchor Oyster Bar, un spécialiste du poisson (premier arrivé, premier servi- on attend dehors… mais on ne le regrette pas!). Les deux sont sur Castro (sud 18ème).

[DDET Lire la suite de l’article]

Ne pas se limiter au Castro

Si le Castro ressemble au Village à Montréal en tant que quartier où une majorité de LGBT vit, il existe cependant depuis plus longtemps (années 60) et l’enracinement y apparaît comme encore plus fort. Aux commerces nombreux vient s’ajouter en mars 2011 la salle d’exposition de la Historical GLBT Society  (qui compte 1200 adhérents et 12 000 inscrits au bulletin électronique).
On y rappellera que de la ruée vers l’or, en passant par la fonction de port militaire puis le renvoi de plusieurs milliers de marins soupçonnés d’homosexualité à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la présence d’une communauté homosexuelle visible est attestée depuis longtemps. Un des responsables de la Société d’histoire précise même que les lieux commerciaux sont dirigés par des gais depuis là encore des décennies. Contrairement à New York par exemple où, pendant des années, c’est… la mafia qui a dirigé les commerces.
Il serait malgré tout dommage de se limiter à Castro. San Francisco est une ville dense. Privilégiez donc les balades à pied ou l’utilisation des transports en commun. Malgré les 43 collines, l’usage du vélo semble également facile dans l’hyper-centre. Parmi les quartiers à ne pas manquer, citons les murales dans Mission, le quartier populaire du sud de Castro. Les quartiers centraux (Civic Centre, Union Square et Chinatown) seront l’occasion d’une belle promenade. Quand on passe devant le LGBT Community Centre, on se met à rêver que Montréal dispose d’un lieu semblable…

Pour la fin de semaine : Russian River

Les autres attractions gaie sontt définitivement dans SoMa, avec ses boîtes de nuit et les lieux de sexe. Pour ces derniers, le BlowBuddies est une référence en terme de prévention, avec même une entrée gratuite à ceux qui vont se faire tester. Voila un exemple parfait de l’engagement de certains établissements de la communauté. Le dimanche après-midi, le SF Eagle est LE lieu où les hommes de 30-50 ans vont boire un verre et profiter d’un barbecue. Chaque semaine, une association est soutenue en recevant une partie des bénéfices. Le Saloon Bar, pas loin de là, est aussi à découvrir.
Notez par ailleurs qu’il fait bon prendre un bateau pour aller voir San Francisco de loin, découvrir ce courant qui maintient un manteau de nuages juste au-dessus, apercevoir au loin le Golden Gate (rarement complètement). En métro, vous pouvez même vous rendre jusqu’au campus de la réputée Berkeley.
Pour la fin de semaine, il est toujours possible de partir dans le nord, à Russian River, village de quelque 160 habitants, qui accueille des soirées mémorables. Le samedi après-midi, ça se passe plutôt autour de la piscine. Le soir, après un spectacle de drags incroyable, on danse. Le village donne sur une belle rivière : le dimanche, on profite du calme et des balades en kayak.
Précisons enfin que San Francisco est une destination de rêve pendant l’hiver car le temps y est doux en permanence. Mais c’est surtout une ville qui possède une personnalité unique, un urbanisme très rare en Amérique du Nord et un enthousiasme progressiste qui tranche avec le sud de la Californie. Bref, une ville à ne manquer sous aucun prétexte.

[/DDET]