« Révolution » en Argentine pour le droit des trans

Par  |  Aucun commentaire

Argentine loi Transsexuels genre

Le vote en faveur du mariage et de l’adoption pour les couples de même sexe avait déjà donné une aura homosympa à l’Argentine. L’impression se confirme après la décision du Sénat, ce mercredi. La décision prise par les parlementaires permet au pays de rejoindre l’Uruguay qui, en 2009, avait pris la même trajectoire.

La loi adoptée autorise toute personne voulant changer « de sexe, de prénom et d’image, à partir du moment où ils ne correspondent pas au genre de cette personne, comme elle la perçoit ». Plus besoin d’obtenir l’autorisation un juge (passage obligatoire jusqu’alors) ou encore de subir une opération chirurgicale.

Le Canada prêt au changement ?

Les associations trans au Québec et au Canada auront suivi attentivement cette évolution, alors que différents événements sur le sujet ont fait parler ces dernières semaines. Outre le cas de Jenna Talackova, transsexuelle de Colombie-Britannique autorisée à participer à Miss Univers, le tribunal des droits de la personne de l’Ontario a demandé au gouvernement de la province, le 20 avril, de modifier la loi exigeant une opération chirurgicale pour changer de sexe inscrits sur les papiers officiels, jugeant cette obligation discriminatoires.

Le gouvernement québécois, qui applique les mêmes règles que son voisin, réfléchit lui aussi à de possibles modifications de cette loi, selon des membres d’associations trans. Enfin, Passeport Canada a confirmé, il y a quelques jours, réfléchir à la création d’une troisième désignation de sexe, dénommé X. Inscrite sur les papiers officiels, elle n’impliquerait aucune chirurgie (seulement un billet d’un médecin). Le Canada suivrait alors l’exemple de l’Australie qui avait fait ce choix en septembre 2011.

Crédit photo : blmurch.