Retour de la folk transatlantique léchée de Cocoon

Par  |  Aucun commentaire

cocoon

Le premier album de Cocoon, On my way, avait marqué les esprits en s’écoulant à 150.000 exemplaires et en apparaissant dans de innombrables publicités ou émissions télé en France. Probablement las d’avoir probablement étiqueté comme un groupe «pop à tendance folk un peu enfantine», Where the Oceans end se révèle être plus sombre, moins facile d’accès.

Vers plus de maturité

Les arrangements sont ultra travaillés : le ukulélé du premier album laisse place à une orchestration plus lourde (exception notable pour la basse et la batterie, quasi inexistantes). Les mélodies faciles du premier album disparaissent quasi entièrement et globalement, on sent l’envie du groupe d’évoluer vers quelque chose de plus mature.
Le résultat ? Un album équilibré, qui s’écoute d’une traite (il ne dure que qu’une trentaine de minutes), comme une longue balade folk taillée sur mesure. Seul regret : on aurait aimé retrouver un peu du Cocoon du premier album, un peu plus naïf et mélodieux. Mais peut-être est-ce juste mon oreille de Français pas totalement habituée à la folk sérieuse qui me fait dire ça…

Coups de cœur de la rédaction : Comets, Sushi.

Vous trouverez ci-dessous le clip de Comets:


Where the Oceans
Cocoon
Barclay
14,99$