Rencontre avec Mark Anthony, monsieur Black & Blue

Par  |  Aucun commentaire

Mark Anthony Black et Blue montréal gay

Plusieurs personnes pensent que Mark Anthony a débuté sa carrière au légendaire K.O.X. de la rue Sainte-Catherine. Mais détrompez-vous : l’artiste a d’abord fait ses preuves au Thunderdome de la rue Stanley, établissement qui avait alors pris la place du défunt Limelight : « J’avais la chance d’y jouer du jeudi au dimanche, grâce au gérant de la place qui m’avait engagé à la suite d’une prestation live d’un groupe de rap pour qui j’étais DJ », explique-t-il.

Bien évidemment, c’est au K.O.X. que le musicien a trouvé sa niche quelques années plus tard, devenant par la même le coup de cœur de toute la communauté gaie. La soirée du vendredi y était néanmoins mixte, fait plutôt rare à l’époque dans les clubs homos de la métropole : « C’était magique. La musique était d’avant-garde et tous les gens débordaient d’énergie », se rappelle-t-il. Au final, c’est bien Mark Anthony qui a éduqué les amateurs montréalais à la musique house, même si la transition du dance à ce nouveau genre n’a pas été de tout repos !

Véritable paradis des amateurs de nuit sans fin, le fameux Playground de Patrick Legendre rassemblait en tout cas différents types de personnes dans une seule maison et, surtout, pour une seule raison : la musique. Le légendaire (((Stereo))) a suivi. Selon Mark Anthony, celui-ci a apporté et apporte toujours une reconnaissance internationale à la scène musicale house montréalaise.

Participation à 15 des 21 B&B

En octobre 1991, Mark Anthony est devenu le tout premier DJ invité au Black & Blue (présenté à l’ancien hôtel des Encans) par un certain Christian Beaudry, partenaire de l’époque de Robert J. Vézina au Bad Boy Club Montréal (BBCM) : « Je travaillais alors au Bronx et je commençais à avoir un bon ‘’following’’. L’expérience a été drôlement positive puisque j’allais y revenir de 1995 à 2000, puis en 2002, 2003, 2004, 2006, 2007, 2008, 2010 et finalement en 2001. Je crois qu’en tout, j’aurai donc participé à 15 des 21 Black & Blue ! »

Toujours très heureux de retrouver les amateurs de cette longue fin de semaine de l’Action de grâce, Mark Anthony avoue que l’événement annuel s’avère toujours une surprise pour lui. « C’est la même chose pour tous les gens présents, ajoute-t-il. Nous avons tous hâte de voir et d’entendre ce que le Black & Blue nous réserve. Je suis content de retrouver le Stade olympique qui reste un endroit mythique où j’ai connu d’excellents moments, par exemple en 1999, alors que le plancher de danse était sur le terrain central et que j’y partageais l’affiche avec les Américains Victor Calderone et Abel. »

Mark Anthony, tête d'affiche du prochain Black & Blue

[DDET Lire la suite…]

Il s’éclate au Red Lite

Ces derniers mois plusieurs amateurs du Village trouvent que l’artiste n’est pas assez présent derrière les platines des soirées gaies montréalaises. Il faut dire  que le DJ/producteur s’en donne à cœur joie tous les samedis soirs au Red Lite Afterhours de Laval, où il partage la vedette avec le Chilien Cesar « Bass » Romero et Jesse Zotti : « J’adore cette résidence car j’ai toujours pu y être moi-même et ainsi offrir différents styles de house. Il y a un beau respect mutuel entre le club et moi. Ça m’y fait donc sentir très heureux, comme si j’étais dans mon salon ! »

Se voulant rassurant, l’artiste n’est pas d’avis que les Afterhours sont appelés à disparaître, contrairement à ce que laisse entendre la croyance populaire. « Le marché a définitivement changé et il y a malheureusement moins de gens qui les fréquentent, concède-t-il. Toutefois, je crois qu’il y aura toujours de la place pour les établissements qui apportent du nouveau et qui poussent l’enveloppe un peu plus loin. »

Selon l’expérimenté DJ, c’est surtout l’Internet qui est venu changer les habitudes des amateurs en matière de musique. Et Mark Anthony de se demander sérieusement si les gens achètent encore des CD ou même téléchargent des morceaux.  Il se dit « triste de voir que les gens, particulièrement les plus jeunes, croient aujourd’hui que la musique est gratuite. Tout cela fait grandement souffrir l’industrie, du petit créateur à la grande maison de disque. »

Cette situation ne l’empêche tout de même pas de produire de l’excellente musique, lui qui nous a récemment offert les pièces originales All Over Me et Release, via la réputée maison de disque new-yorkaise KULT Records. Mark Anthony fignole d’ailleurs une toute nouvelle compilation qu’il aimerait faire paraître par l’intermédiaire de la même étiquette de disque, en novembre prochain. Le nouvel opus sera composé de plusieurs pièces originales et d’autres remixées par ses soins, rappelant le succès de ses récentes compilations, notamment Red Lite Series (2004), Black & Blue Festival (2003) et Ritual – The Album (2002).

Comment lier vies professionnelle et privée ?

Fier papa de deux enfants (une fille de 4 ans et un garçon de 2 ans et demi), Mark Anthony avoue que concilier la vie de famille et sa carrière de DJ aura été le plus gros défi à relever au cours de ces dernières années: « Sérieusement, ça n’a pas toujours été facile au début. Je me considère très chanceux d’avoir rencontré Sandra [sa conjointe mais aussi la personne qui gère sa carrière, ndlr.], une femme qui comprend et partage les mêmes intérêts et passions que moi. Je ne serai pas qui je suis aujourd’hui sans elle. Avec le recul, je crois que lorsque les horaires sont bien établis, ma carrière me donne l’opportunité inestimable d’être plus présent au sein de ma famille. »

Côté professionnel, l’heure du grand rendez-vous automnal montréalais approche à grands pas. On retrouve Mark Anthony sur le plancher de danse du prochain Black & Blue : Black Jack 21, le dimanche 9 octobre prochain (de 21h à midi), au Stade olympique.

Le DJ partage l’affiche de la salle house avec les tandems The Cube Guys (Italie) et Rosabel (USA), de même qu’avec l’Argentin Hernan Cattaneo, le Madrilène D-Formation et l’illustre Portugais DJ Vibe. Ça promet ! Enfin, notez également sur vos agendas que Mark Anthony sera présent lors du très populaire Recovery – rendez-vous le lundi 10 octobre (dès 23 h) au Circus Afterhours.

Pour plus d’informations sur Marck Anthony et le Black and Blue : www.markenthonymusic.com et www.bbcm.org.

Crédits photo: Damian Siqueiros
[/DDET]