Raymond Blain, la politique à visage découvert

Par  |  Aucun commentaire

Raymond Blain Village conseiller municipal Montréal gai sida

Aucun homme politique québécois ou canadien avant lui ne s’était porté candidat à une élection en s’affichant ouvertement gai. En novembre 1986, Raymond Blain se présente ainsi sans mensonge ou dissimulation devant les électeurs du district Saint-Jacques pour devenir conseiller municipal.

Il entend alors mettre fin « à une situation où il existe deux solitudes, les gais d’un côté, les autres de l’autre » dans un quartier où la présence d’établissements GLBT fait encore grincer des dents. Le Village n’existe en tant que tel que depuis quelques années et l’homophobie reste monnaie courante au Québec.

Action pour les malades du VIH/sida

Le candidat du Rassemblement des citoyens de Montréal gagne son pari en battant le conservateur Sammy Forcillo (3.326 voix contre 2.583) alors que le RCM de Jean Doré conquiert la mairie. Le conseiller municipal sera réélu quatre ans plus tard.

Jean Doré dit avoir soutenu dès le départ le choix de Raymond Blain. « Je pensais que ça servirait l’éducation du public, disait-il en octobre 1990 au magazine gai RG. […] Ce n’est pas en le cachant qu’on va changer les attitudes. Or, une partie du travail qu’il nous faut faire comme personnes politiques est de travailler sur les mentalités et les attitudes. »

Pendant six ans, Raymond Blain prend à bras le corps plusieurs dossiers primordiaux pour la communauté GLBT. À une époque où le gouvernement québécois délaisse le sujet, il lutte pour que les malades du sida ne soient pas oubliés, appuyant le travail des organismes et obtenant la publication de messages de prévention.

Trois candidats ouvertement gais en 1992

Autre sujet d’importance : la sécurité dans le Village. Raymond Blain travaillera ardemment en vue d’une certaine amélioration des relations entre la police et la communauté gaie. Un comité mixte communauté-police se crée lors de son mandat. Au début des années 90, il dénonce l’homophobie qui frappe le Village suite à des attaques de skinheads d’extrême droite, enjoignant également les victimes à sortir de leur silence et à porter plainte.

Au printemps 1992, il convainc la Ville de Montréal de reconnaître les droits des conjoints de même sexe chez les fonctionnaires et les élus municipaux concernant les assurances collectives. Il s’agit de sa dernière victoire. Le 6 mai, il décède des suites d’une maladie liée au sida. Signe du chemin parcouru, lors de l’élection partielle qui suit (remportée par Sammy Forcillo), trois des candidats sont ouvertement homosexuels.

Raymond Blain fait partie des personnalités célébrées par le Village et la Société de développement commercial (SDC) à l’occasion des 30 ans du quartier gai. Durant cet été dans nos magazines (Être, RG, 2B, Entre Elles), vous retrouverez 30 portraits d’établissements et de figures historiques ayant contribué grandement à l’histoire du Village. 

Crédit photo : Archives de la Ville de Montréal (P86-Y-9-1-6).