Quand rap rime avec homophobie

Par  |  Aucun commentaire

rapbattle

On peut comparer le rap battle à une bagarre à la sortie d’un bar, mais la seule différence réside dans le fait que les armes ou les moyens de défense utilisés sont de simples mots. Celui qui mène le combat est ainsi celui qui emploie les paroles les plus crues et violentes.

Il suffit de garder le rythme et d’être original dans les insultes qu’on lance pour marquer des points. Il y a aucune censure ou limite quant à ce qui peut être dit. Seule compte l’idée que cela sorte de la bouche du rappeur qui se bat. Les sujets les plus fréquents sont, sans surprise, l’homophobie, le racisme, la misogynie, l’inceste et même la pédophilie.

Soi-disant juste pour le «spectacle»

Selon les organisateurs, toutes ces paroles ne doivent pas être prises au sérieux par les adversaires puisqu’elles ne constituent en aucun cas des attaques personnelles. Rémi Sainte-Marie, fondateur de la Word Up, soutient que les termes utilisés par les rappeurs n’expriment pas leurs pensées réelles.
Par exemple, traiter quelqu’un de sale gai lors d’un combat ne voudrait absolument pas dire que celui qui utilise ces mots est homophobe… Rémi Sainte-Marie dit avoir toujours eu «quelques réserves» (sic) quant à ces propos, qu’il considère comme des polluants dans le rap battle.

Des souhaits… et bientôt des actes ?

Vu l’accessibilité des jeunes à ces paroles, le fait d’utiliser l’homosexualité à titre d’attaque l’aurait ainsi toujours dérangé. Selon lui, jouer le haineux envers les homosexuels pourrait avoir un impact négatif sur un jeune de 14 ans qui assiste au combat et qui se pose des questions sur son orientation sexuelle.
Il encourage donc fortement les rappeurs à ne plus tendre vers l’homophobie en les invitant à plus de créativité. Persuadé qu’un jour, quand l’originalité sera essentielle, que les blagues racistes ou homophobes disparaîtront du langage de ces rappeurs. On souhaite que ses prédictions soient bonnes mais aussi que les responsables transforment ces appels en actions concrètes.