Pennsylvanie: une école refuse d’accueillir un adolescent séropositif

Par  |  Aucun commentaire

Sida adolescent discrimination États-Unis

Nous ne sommes pourtant plus à l’époque où les moyens de transmission du Sida étaient encore inconnus et que l’infection suscitait des fantasmes dans la population. Néanmoins, un adolescent âgé de 13 ans, originaire du comté de Delaware et présenté comme sportif et excellent élève, a vu sa demande d’admission à la Milton Hershey School refusée, en raison de sa séropositivité. Cette école de Pennsylvanie, créée par le philanthrope et entrepreneur Milton Hershey en 1909, accueille des enfants de famille aux faibles revenus.

« J’estime qu’aucun autre adolescent ne devrait connaître cela, être refusé juste parce que l’on a le VIH », a témoigné, ému, le jeune garçon à la télévision, sans que l’on voie son visage. Lui et sa mère ont porté plainte contre l’école pour discrimination

Trente ans après, rien ne change

La Milton Hershey School a publié un communiqué dans lequel elle explique qu’ « afin de protéger nos enfants dans cet environnement unique, nous ne sommes pas en mesure de nous accommoder aux besoins des étudiants avec des maladies chroniques transmissibles qui représentent des menaces directes pour la santé et pour la sécurité des autres ».

Une justification catégoriquement rejetée par Ronda Goldfein, du AIDS Law Projet et avocate de l’adolescent et de sa mère. « Si vous avez une école qui est ouverte au public, cela signifie qu’elle est ouverte au public, a-t-elle martelée. Si vous avez un étudiant qui a des besoins et des requêtes particulières, vous vous adaptez. Vous ne dites pas simplement « Nous ne vous aimons pas, nous n’aimons pas votre diagnostic, vous ne pouvez pas venir ici  » ».

Plus de 25 ans après l’affaire Ryan White, du nom de ce jeune hémophile exclu de son école en raison de sn statut sérologique et  devenu un symbole de l’exclusion dont les séropositifs sont victimes, cette triste histoire montre qu’il reste encore beaucoup de préjugés à abattre au sujet du VIH/Sida.

Crédits photo: Paradox 56.