Pauline Marois : quel programme pour les GLBT ?

Par  |  Aucun commentaire

Pauline Marois et les gais

Être. En quoi les revendications des homosexuels seraient-elles mieux défendues et protégées avec le Parti Québécois au pouvoir et avec vous comme première ministre ?

P.M. Nous allons adopter une véritable politique nationale pour le plein respect des droits et pour la lutte contre les discriminations vécues par les personnes GLBT. Nous allons nous assurer que l’État, ses ministères et tous les organismes publics adoptent des politiques et des mesures qui assurent le plein respect de leurs droits. Nous allons aussi intensifier la lutte contre l’homophobie, que ce soit à l’école, dans les milieux de travail ou dans le sport professionnel et amateur. Enfin, nous mettrons en place des mesures efficaces de lutte contre le suicide des adolescents qui découvrent leur homosexualité. Tous ces engagements sont inclus dans notre programme électoral et je m’engage à les réaliser une fois au gouvernement.

Être. Êtes-vous témoin encore aujourd’hui de paroles ou de gestes homophobes parmi les députés ?

P.M. Non et c’est fort heureux. Si un député s’y risquait, il se ferait rapidement rabrouer par un adversaire et par un confrère de son propre parti. Les députés sont des élus et doivent être représentatifs de la population québécoise. Notre société n’est pas seulement tolérante envers la communauté gaie et lesbienne, car celle-ci possède les mêmes droits que tous les autres citoyens.

Être. Que pensez-vous de la décision de Barack Obama d’annoncer son appui au mariage gai en début de campagne électorale présidentielle ?

P.M. Il a répondu à des convictions personnelles. Ce n’est pas par calcul politique qu’il l’a fait, puisque les Américains sont très divisés sur cette question. Je ne pense pas non plus que la question du mariage gai soit un sujet qui occupera une place prépondérante pendant toute la campagne présidentielle. Les Américains sont d’abord préoccupés par les questions qui touchent l’économie et l’emploi.

Être. Quelle réflexion vous inspire la Journée internationale contre l’homophobie qui vient de se dérouler ?

Pauline Marois. Cette journée commémorative est malheureusement toujours nécessaire, bien qu’au Québec nous ayons franchi des pas de géant à ce chapitre. Les mentalités ont évolué et nous en sommes enfin arrivés à traiter de façon égale les couples de même sexe.

Être. Le village gai de Montréal est inclus dans la circonscription de Sainte-Marie–Saint-Jacques, qui a toujours élu un député du Parti Québécois depuis sa création. Pensez-vous être en mesure de conserver cette circonscription ?

P.M. Oui. Sainte-Marie–Saint-Jacques est une circonscription sur laquelle nous comptons beaucoup et nous allons encore y élire un représentant aux prochaines élections parce que nous avons un excellent candidat. Je suis très fière d’avoir recruté Daniel Breton, un homme progressiste, spécialisé dans les questions environnementales et très au fait de tout ce qui concerne les énergies renouvelables. Il est natif du comté Sainte-Marie–Saint-Jacques. J’ai assisté à son assemblée d’investiture en avril dernier et c’était très émouvant de l’entendre évoquer cela dans son discours.

Être. Croyez-vous être en mesure d’élire un gouvernement majoritaire aux prochaines élections ?

P.M. Oui, c’est tout à fait possible. Je travaille très fort et sans relâche en ce sens.  Le gouvernement Charest est usé à la corde et nous représentons la meilleure solution de rechange pour le remplacer. Je suis prête à assumer les fonctions de première ministre. Je dévoilerai bientôt les noms d’autres candidats qui viendront rejoindre les rangs d’une équipe formidable à l’intérieur de laquelle se trouvent des femmes et des hommes efficaces et compétents. J’aurai l’embarras du choix pour former un très bon conseil des ministres.

Être. Que poseriez-vous comme premier geste au lendemain d’une victoire, une fois à la tête du gouvernement ?

P.M. Il y aurait sans doute les urgences à régler, mais je m’occuperais probablement dès le début des questions qui concernent la langue et les ressources naturelles, incluant les énergies renouvelables.

Crédit photo : document remis.