Ouganda : la police interrompt un séminaire LGBT

Par  |  Aucun commentaire

Ouganda : la police interrompt un séminaire LGBT

L’événement réunissait à Kampala (capitale du pays) des activistes de plusieurs pays, dont le Canada, le Rwanda et le Kenya. L’objectif était d’informer la communauté homosexuelle locale sur les manières de réagir face à la violation de leurs droits. Malgré l’ampleur et l’importance du séminaire, les autorités ont pour la deuxième fois en quatre mois mis fin à des réunions ayant pour thème la défense des droits LGBT. La police aurait interrogé plusieurs participants en plus de fouiller les chambres de ceux qui logeaient dans l’hôtel où se tenait la rencontre.

« Harcèlement grotesque »

Michelle Kagari, en charge de la division africaine d’Amnistie Internationale, a dénoncé cette action sans mâcher ses mots. « Ce harcèlement grotesque et gratuit de défenseurs des droits de l’homme n’a aucune base légale et doit cesser » a-t-elle affirmé aux médias.

L’événement rappelle fortement une intervention similaire survenue en février, dans la ville de Entebbe, dirigée par le ministre de l’Éthique Simon Lokodo qui avait mis fin à une réunion organisée par des défenseurs des minorités sexuelles. En Ouganda, l’homosexualité est sévèrement condamnée par la loi. Par ailleurs, un projet de loi, à l’examen depuis 2009, prévoit d’appliquer la peine de mort à certaines pratiques homosexuelles.

Crédit photo : Michell Zappa.