Marche des fiertés de Toronto: 0 maire / 1 million de spectateurs

Par  |  Aucun commentaire

Toronto Pride 2011 gay

La chaleur était au rendez-vous dans les rues du Village gai de Toronto, ce 3 juillet. Des pistolets à eau avaient même été prévus pour arroser les spectateurs qui avaient décidé d’affronter ces températures caniculaires pour assister à la marche des fiertés GLBT.

Selon les organisateurs, un million de personnes (ou « seulement » des centaines de milliers selon d’autres sources) ont assisté à la marche qui a réuni quelque 6.000 personnes. Des chiffres historiques…

Toronto pride gay 2011

Le combat n’est pas fini

Le thème de cette immense manifestation, Dream big, avait pour but de rappeler « les combats qui restent encore à mener », a indiqué Glen Brown, directeur exécutif par intérim de la Pride Toronto. « C’est en partie pour célébrer le succès que nous avons remporté en nous battant pour notre diversité, mais nous devons nous souvenir que nous n’avons pas fini de lutter », a-t-il ajouté.

Marche gaie à Toronto

Comme prévu, Rob Ford était en-dehors de la ville durant la marche qui aura duré au total trois heures. Souvent critiqué pour ses déclarations contre les gais, le maire a préféré rester en famille dans un chalet. Une position dénoncée par les associations ou encore par ses prédécesseurs.

Pride Toronto gay 2011

100 millions de dollars pour l’économie locale

L’opposition municipale a, de son côté, pris part à la manifestation. «Rob Ford manque une très belle occasion de montrer qu’il est le maire de tous les Torontois. Il manque de respect pour ceux qui habitent sa ville, mais aussi pour ses fonctions d’élu municipal », a déclaré Bob Rae, chef du parti libéral torontois.

La marche des fiertés et les festivités qui l’entourent pendant dix jours constituent un événement très rentable pour la ville. Celui-ci permet ainsi d’attirer un nombre élevé de touristes et apporte quelque 100 millions de dollars à l’économie torontoise.

Ci-dessous un reportage de InTorontoMagTV:

Crédits photos: Gadjo Cardenas Sevilla et Document remis.