Lois homophobes: 200 personnes au kiss-in devant le consulat russe

Par  |  Aucun commentaire

 Kiss in 8 septembre 2013 001 (2)

Quelque 200 personnes ont participé à Montréal aujourd’hui au kiss-in organisé devant le Consulat russe, rue du Musée, pour protester contre les lois homophobes adoptées  par le gouvernement russe depuis juin dernier. Le kiss-in de Montréal  faisait partie d’un mouvement international auquel participaient une cinquantaine de villes  à travers le monde. L’organisateur Christian Généreux a annoncé que d’autres actions seraient organisées dans les prochaines semaines.

Loin de reculer à ce jour devant les pressions internationales, le parti du président Poutine Russie unie a récidivé cette semaine en déposant un nouveau projet de loi devant la Douma pour retirer la garde de leurs enfants aux parents à ‘’l’orientation sexuelle non traditionnelle’’. ’La propagande gaie doit être interdite aussi bien dans l’espace public qu’au sein des familles’’, estime le député Alexei Jouravlev. Des mesures d’éloignement similaires seraient appliquées à l’encontre des parents alcooliques, toxicomanes ou violents, rapportent les agences Associated Press et Ria Novosti.

Ce qui n’était jusqu’ici qu’une menace est en train de devenir une réalité, même si la loi n’a pas encore été votée.. La journaliste russo-américaine Masha Gessen en avait vu les prémices dès le mois dernier et avait choisi de demander l’asile aux États-Unis

Cette nouvelle loi homophobe est déposée au lendemain d’une interview télévisée de Vladimir Poutine dans laquelle celui-ci assurait que les gais et lesbiennes ne faisaient l’objet d’aucune discrimination en Russie dans une rhétorique qui rappelle de plus en plus la propagande nazie qui niait la discrimination dont faisait l’objet les Juifs tout en les confinant à des ghettos.

 À Paris

À Paris, plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées boulevard Lannes, dans le XVIe arrondissement, face à l’ambassade de Russie, à l’appel de nombreux collectifs et associations.

Après les prises de paroles d’Alexandra Boucherifi, du collectif Hétéros au boulot, qui a coordonné l’événement, et de Gildas, un jeune du Refuge venu témoigner de l’exclusion, un premier kiss-in a été lancé. Un second a suivi quelques dizaines de minutes plus tard. Les participant.e.s ont également scandé quelques «Poutine coupable» et «L’homophobie tue» (en français et en russe) ou «Moins de Poutine, plus de drag queens». Un «câlin collectif» a également été initié, qui a uni près des trois-quarts des manifestant.e.s.