Les trompettes résonnent déjà au Largo: Le Jazz à Québec

Par  |  Aucun commentaire

« Cette année, je me suis payé la traite, raconte-t-il. Tous les artistes qui jouent ici (au restaurant de la rue St-Joseph), je pourrais les présenter au Palais Montcalm. Les Jeremy Pelt, Christian Scott, entre autres sont parmi les dix meilleurs trompettistes au monde. » En effet, la programmation qui fait place aux instruments de cuivre cette année est en or. Gretchen Parlato, Erik Truffaz, Sophie Hunger, Omar Sosa, Paolo Fresu seront parmi les artistes qui fouleront les planches des vingt-cinq scènes de la ville pour l’occasion. « Certes on a perdu les services de Roy Hargrove au profit du festival de Shanghai (dont les dates s’entrechoquent), mais on a frappé fort en Arturo Sandoval. On peut dire que la vie fait bien les choses », exprime-t-il avec le sourire.

Robert Glasper

Le Jazz d’ici avant tout

Cette année, trois volets composent cette 6e édition du festival. D’abord, le circuit Jazz mettra en vedette de grosses pointures comme Robert Glasper. « Des artistes de partout veulent participer, avoue Gino Ste-Marie. L’accueil des gens de Québec, la beauté de la ville et notre ouverture les attirent. Au début, on leur offrait de venir ici, puis à Montréal, mais on était en train de monter un festival “B” à Montréal. Maintenant, on les oblige à demeurer dans la ville au moins plus d’une journée (224 chambres réparties dans les plus gros hôtels de la ville sont commanditées), on leur propose de donner des classes de maîtres (il y en aura six donnés par des artistes aux étudiants de l’université Laval), et on les jumèle à des artistes d’ici, parce qu’on fait du sacré bon jazz à Québec. Même si j’admire Montréal pour leurs 35 ans, je n’ai aucune éloge à leur faire pour le développement des jazzmans d’ici. Que font-ils de leur trois millions de subventions et des diplômés sortants des quatre universités ? On peut se vanter, nous, d’être les seuls à produire des révélations à Radio-Canada par exemple. Kuba Séguin sera aux côtés de Gretchen Parlato; Vincent Gagnon et son trio devant Robert Glasper. »

Le 7e art aussi jazzy

Puis, la salle de bal du Château Frontenac se fera jazzy le mercredi 17 octobre afin de présenter Confessions Jazz, un gala-spectacle hommage « au grand Alfred Hitcock et à son film I Confess, tourné il y a exactement 60 ans dans la ville de Québec. » La soirée, organisée en collaboration avec le festival du cinéma de la ville de Québec alliera art musical et art visuel, avec en vedette « le pianiste et spécialiste des musiques de films noirs Ran Blake », le trio de la pianiste Lorraine Desmarais et l’internationalement célèbre Tiger Okoshi. Le Confessionnal de Robert Lepage sera également de la somptueuse recette et c’est Renée Hudon, figure marquante de la radio et de la télévision québécoise par ailleurs intégrée au scénario de Lepage, qui sera l’invitée d’honneur.

La présentation de Québec Kerouac 2012, en novembre, formera le troisième volet. « Depuis 2009 qu’on présente du Kerouac. L’empreinte est forte ici au Québec, avoue le directeur du festival. J’espère présenter dans la première semaine de novembre, un gros show qui ferait le pont entre Kerouac et les trompettes. Un Normand Guilbault avec son « On the road »; quatre gros musiciens, un narrateur, des grandes entrevues de Kerouac… bref : un métissage unique entre poésie et jazz. »

Pas de trompettes au Drague

Finalement, pour ceux qui se demandaient si une collaboration est imminente entre la discothèque gaie de Québec et le Festival de Jazz, la réponse est non : « C’est dommage, mais l’an prochain, ils courront après moi. Le Dagobert va adapter sa clientèle l’instant d’un jeudi, mais pas question pour Le Drague de se départir d’un show de Drag queen. Je leur proposais une idée simple, pas très cher, mais bon… Un spectacle de « drags » teinté de jazz aurait « flashé »… tant pis ! Le jazz, ça ne m’appartient pas. Plus le monde en fait, plus les gens en veulent. Ça se marie bien avec tous les styles; littérature, théâtre, c’est partout ! Et même dans la communauté gaie ! » Peut-être le bar de la rue St-Augustin attend-il les guitares l’an prochain avant de se lancer dans l’aventure ? À suivre…

Festival de Jazz de Québec

du 15 au 28 octobre

jazzaquebec.ca

Photo bannière: Trio Rémi-Jean LeBlanc