Les jeunes homosexuels: une cible plus fragile à l’alcool

Par  |  Aucun commentaire

Le stress chronique causé par des situations sociales difficiles, comme les actes et attitudes homophobes, peut être la cause d’un plus grand nombre de beuveries chez les adolescents homosexuels que chez les hétérosexuels de la même tranche d’âge, avance une étude américaine.

Les auteurs de cette étude ont analysé les réponses de 1232 adolescents âgés de 12 à 18 ans qui ont participé à un sondage en ligne mené par OutProud, une coalition américaine pour les jeunes gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres.

Les résultats, relatés ici par l’Agence QMI, ont été présentés le 10 mai à la rencontre annuelle de la Pediatric Academic Societies à Vancouver, en Colombie-Britannique.

Le sondage questionnait les membres des minorités sexuelles sur leurs expériences et prenait en compte plus de 260 variables. Il s’agit pour le moment de la seule étude menée auprès d’un grand échantillon national d’adolescents homosexuels qui se penche sur la relation entre le calage d’alcool et une multitude d’expériences stressantes comme l’homophobie ou le fait d’être victime d’actes violents reliés à son orientation sexuelle.

«D’autres études sur les adolescents se penchent fréquemment sur les questions de sexualité ou d’identité sexuelle, mais elles ne s’intéressent que rarement aux expériences de stress chez les adolescents des minorités sexuelles», indique l’auteur principal de l’étude, Sheree M. Schrager. Ce dernier est directeur de la recherche à la division de médecine hospitalière de l’Institut de recherche Saban de l’Hôpital pour enfants de Los Angeles.

M. Schrager rajoute que «des études comme celle-ci peuvent mener au développement d’approches de traitement mieux adaptées basées sur l’expérience unique des adolescents homosexuels».