Les crimes homophobes ont plus que doublé au Canada

Par  |  Aucun commentaire

crimeshaineux

Soixante et onze cas de crimes homophobes avaient été déclarés aux services de police canadiens en 2007. Ce nombre est passé à 159 en 2008. Il s’agit de la hausse des crimes haineux la plus marquée (+124 %) pour l’année du rapport.
Pour 2008, Statistique Canada fait état au total de 1.036 crimes haineux rapportés, soit une augmentation de 35% par rapport à 2007 (765 cas). Sur ces 1 036 cas, 16 % ont été motivés par la haine de l’orientation sexuelle. Ces crimes ont été les plus brutaux de tous : 75 % des cas d’agressions contre les LGBT sont ainsi considérés comme violents. À titre de comparaison, on descend à 38 % pour les crimes racistes et à 25 % pour les crimes motivés par la religion. Les hommes ont été visés dans la majorité des actes homophobes (85 %).

Les Noirs et les Juifs, groupes les plus ciblés

Toujours concernant 2008, un peu plus de la moitié (55 %) des crimes haineux ont été motivés par la haine de la race ou de l’origine ethnique. Près de 4 crimes sur 10 (205 cas) ont été commis contre des Noirs. Une hausse de 30 % (158 cas) par rapport à 2007. De façon globale, les crimes reliés à la race ou l’origine ethnique ont connu une augmentation de 15 % de 2007 à 2008.
Au chapitre des crimes motivés par la haine de la religion, ces derniers ont augmenté d’un peu plus de la moitié (53 %) en 2008 (265 cas) par rapport à 2007 (173 cas). À l’instar des années précédentes, environ les deux tiers de ces crimes ont été commis contre des personnes de confession juive (64,2 % en 2008).
Selon Statistique Canada, le nombre de crimes haineux présentés dans son rapport «constitue probablement une sous-estimation du véritable nombre de crimes motivés par la haine au Canada, puisque ce ne sont pas tous les crimes qui sont signalés à la police».

[DDET Lire la suite]

Géographie des crimes haineux

C’est au Québec que le taux de crimes haineux par 100 000 habitants est le plus bas (3 %), d’après les chiffres compilés pour les dix plus grandes régions métropolitaines du Canada. À l’opposé, l’Ontario possède le taux le plus élevé avec 23,4 %.
Avec sept cas de crimes motivés par la haine de l’orientation sexuelle, Montréal arrive en troisième position des dix grandes régions métropolitaines canadiennes, derrière Toronto (43 cas) et Vancouver (34 cas). La ville de Québec arrive quant à elle ex aequo avec celle d’Edmonton (4 cas).

Formulaire de dénonciation anonyme

En octobre dernier, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a lancé un formulaire de dénonciation anonyme des agressions, disponible sur le site du poste de quartier 22, situé dans le Village.
Même si le SPVM refuse de parler d’une vague d’attaques homophobes, l’inquiétude règne au sein de la communauté gaie. Le président de Gai Écoute, Laurent McCutcheon, a affirmé au Journal de Québec avoir reçu, durant les derniers mois, une dizaine de plaintes de personnes qui ont été victimes d’agression, le plus souvent à caractère homophobe.
D’après lui, il ne s’agit que de la «pointe de l’iceberg». «On parle principalement d’attaques qui surviennent à la sortie des bars. Le phénomène existe, ce qu’on ne connaît pas, c’est son ampleur », a-t-il affirmé au Journal de Québec, en octobre dernier.
Un formulaire de déclaration d’actes homophobes est disponible sur le site de Gai Écoute au www.gai-ecoute.qc.ca.

[/DDET]