Les Copains Gourmands : il suffit de passer le pont

Par  |  Aucun commentaire

À l’heure où beaucoup de restaurants la raccourcissent comme peau de chagrin celle-ci, Les Copains Gourmands fait l’effort de mettre en avant une multitude de produits du terroir québécois ainsi qu’une bonne dose de créativité dans des desserts travaillés et jamais goûtés ailleurs. Autre élément qui interpelle: la qualité du service réalisé par des professionnels qui ont appris leur métier. Le taux de rotation quasi nul du restaurant crée la constance. Éric qui veille au grain, sait comment accueillir la clientèle.

Élégance champêtre et sans artifices
Le bistro nous accueille dans une atmosphère «rustique-contemporain»  Les tons taupes aux murs et gris souris au plafond associés aux grandes ouvertures «bain de lumière» se lient pour former une élégance champêtre et aérée sans artifices. C’est ce qui fait que tous les métiers et tous les styles s’y rencontrent si naturellement. Passons à la dissection de la carte. La fameuse citation d’Alphonse Daudet, «La gourmandise commence quand on n’a plus faim», prend ici tout son sens tant on se laisse tenter par tout. Côté entrées, je vous suggère un plat que je n’aurai jamais mangé étant petit, même sous la menace du martinet: le pâté chinois au boudin noir. Un boudin noir sucré sert de base à des patates pilées recouvertes de pommes délicieusement caramélisées et de fromage fondu. Cela pourrait paraître lourd mais le tout passe comme une lettre à la poste. Autre choix: le feuilleté maison avec escargots passés à la poêle et épinards.

En plats principaux, la table d’hôte du soir compte 16 plats (!) qui vont des viandes rouges (tartare, bavette, côte ou mignon de bœuf et foie de veau) jusqu’aux poissons (dont le duo de pétoncles et crevettes à la fleur d’ail) en passant par les pâtes (dont les raviolis de canard sauce tomate et fromage de chèvre).

«C’était bon! Je pense que je reviendrai»
Mon choix s’est porté sur une côte de bœuf braisé pendant plus de quatre heures avec sa sauce «B.B.Q» maison. On m’a servi une viande avec un état de surface croustillant avec des sucs caramélisés et un parfum de boucane dont je salive encore. La fourchette seule suffit à détacher les morceaux de viande qui fondent en bouche. La sauce «B.B.Q» maison avec son côté mielleux vient prononcer le tout sans altérer le goût de la viande.

Autre plat intéressant, le pavé de saumon et son enrobé de saumon fumé qui donne l’effet d’une cuisson papillote et un goût plus sauvage. Le tout est accompagné d’une julienne de légumes au curry qui pétillent en bouche comme des confettis au nouvel an. Pour les dents sucrées, je conseille la version revisitée du gâteau de fromage. Servi dans une verrine géante qui s’apparente aux pots de confitures Bonne Maman, ce mille-feuille est tantôt étagé avec une onctueuse mousse de fromage tantôt par des biscuits Grahams légèrement salés, avec à son sommet un coulis au café. Le tout est accompagné par des copeaux de pomme mélangés à une crème anglaise. Ça se passe de commentaire.

À la fin du service, Jean-François a coutume de préparer un gueuleton avec les fonds de casserole auquel Éric répond invariablement et avec le sourire: «C’était bon! Je pense que je reviendrai». La messe est dite.

CopainsGourmand_LogoLes Copains Gourmands
352, rue Guillaume,
Longueuil, Québec, J4H 1S4
450.928.1433

www.copainsgourmands.com