Le projet de loi contre l’homophobie à l’école fait des mécontents

Par  |  1 commentaire

Dalton McGuinty gay straight alliances Ontario PM

Alors que de plus en plus d’étudiants se mobilisent dans leurs écoles pour promouvoir le respect de chacun, le premier ministre de l’Ontario a apporté une troisième pierre à sa Stratégie d’équité et d’éducation inclusive, dévoilée en 2009. Il s’est rendu à l’Amoreaux Collegiate Institute de Toronto pour y présenter un nouveau projet de loi visant à rendre les écoles plus sécuritaires et plus tolérantes.

Ce projet inclut notamment des sanctions allant jusqu’au renvoi des agresseurs ou la désignation d’une Semaine de la sensibilisation à l’intimidation et de la prévention. Mais la mesure la plus médiatisée est l’obligation, pour tous les conseils scolaires, de soutenir les élèves qui souhaitent mener des activités de promotion de l’équité, et spécifiquement la création d’alliances gai-hétéro.

Dalton McGuinty, qui porte un bracelet arc-en-ciel offert par les parents de Jamie Hubley, jeune gai qui s’est suicidé en octobre dernier, avait ce dernier à l’esprit quand il a présenté son projet de loi. « Un trop grand nombre de nos enfants sont victimes d’intimidation et nous devons tous et toutes en faire bien plus que de seulement leur dire que cela va s’améliorer avec le temps » a déclaré le premier ministre, qui a d’ailleurs enregistré une vidéo It Gets Better.

Laurel Broten, ministre de l’éducation, a soutenu qu’après avoir « enseigné à nos enfants trois matières fondamentales dans nos écoles, soit la lecture, l’écriture et l’arithmétique », il fallait « mettre l’accent sur une quatrième : les relations humaines ».

Déception au NPD

Si le parti néodémocrate soutient le projet dans son ensemble, trois mots du projet de loi l’inquiètent néanmoins : « alliance gai-hétéro ou tout autre nom… ». La leader néodémocrate, Andrea Horwath, n’a pas manqué de réagir : « Si nous ne sommes pas préparés à autoriser les enfants à utiliser le mot gai […] alors comment allons-nous mettre fin à l’intimidation des enfants qui veulent s’identifier comme gais ?»

Par ailleurs, les représentants des communautés chrétienne, musulmane et juive ont uni leurs voix, le 6 décembre pour s’opposer vivement au projet du premier ministre. Charles McVety, de l’Institut des Valeurs Canadiennes, a ainsi critiqué ce qu’il perçoit comme un « programme radical en matière d’éducation sexuelle ». « Forcer, en particulier les classes ou écoles chrétiennes, à avoir des clubs homosexuels serait évidemment un affront à leurs valeurs familiales », affirme-t-il, précisant que cela n’avait rien à voir avec l’intimidation.

Ces réactions ont été qualifiées d’ « homophobes et répugnantes » par la ministre de l’Éducation, qui a rétorqué qu’il n’y avait « absolument rien de radical dans le fait de travailler fortement […] pour s’assurer que chacun des étudiants de nos écoles puisse être en sécurité, accepté et qu’il réussisse ».

Crédits photo: BC Gov Photos.

1 Comment