Le GRIS-Montréal lance sa campagne annuelle de financement

Par  |  Aucun commentaire

Conférence GRIS-Montréal

Cette année, 1163 interventions ont été réalisées, rejoignant plus de 30 200 jeunes. « La demande augmente d’année en année, ça nous porte à croire que malgré tout, l’homophobie est encore malheureusement présente dans les écoles », souligne Vincent Bolduc, porte-parole du GRIS. « Mais cela signifie également qu’il y a une hausse de la demande provenant des professeurs pour intervenir au sujet de cette question dévastatrice de l’homophobie. Il faut renverser la vapeur. »

Alain Vandelac a évoqué les effets positifs de l’action du groupe. Enseignant à l’école secondaire Louis-Riel de Montréal, il souligne la pertinence du GRIS, notamment lorsque l’on enseigne à des populations multiethniques, confrontées aux discriminations, mais parfois issues de cultures peu habituées à reconnaître ou accepter l’homosexualité. « Le GRIS agit pour la poursuite du bien commun et la reconnaissance de l’autre », témoigne-t-il. « Les jeunes sont sensibles à l’expérience. Ils voient un humain qui parle avec ses tripes et ils sont sensibles à cette intégrité. »

« Du temps, de l’intérêt, de l’écoute, de l’argent et de notre cœur »

C’est l’appel lancé par l’acteur Vincent Bolduc. « Le GRIS effectue un travail efficace afin de faire réfléchir les jeunes, les éveiller à la différence. Ça vaut la peine de donner. » Macha Limonchik a de son côté insisté pour que l’école demeure un lieu d’accueil, où l’on peut apprendre et se développer dans un environnement respectueux. « Il ne s’agit pas d’un cours théorique ou de promouvoir l’homosexualité, mais de répondre aux questions des jeunes et de se faire connaître en tant qu’être humain. »

Le vice-président gestion privée pour la banque RBC et président du cabinet de campagne 2011-2012 du GRIS-Montréal, Maurice Côté, espère recueillir 120 000 $. Il indique que l’aide des personnes et des donneurs corporatifs est nécessaire, compte tenu du fait que le financement du gouvernement du Québec n’est pas indexé, tandis que les besoins du GRIS ne cessent de croître.

L’école Joseph-François-Perrault récompensée pour sa lutte contre l’homophobie

Le GRIS-Montréal a également remis l’un de ses deux prix, en partenariat avec la fondation du groupe pop montréalais Simple Plan. Cette récompense, accompagnée d’une bourse de 2000 dollars, vise à saluer une initiative originale prise par des élèves ou des membres du personnel enseignant pour démystifier l’homosexualité et la bisexualité ou pour combattre l’homophobie en milieu scolaire.

Cette année, pour la zone ouest du groupe, c’est l’école Joseph-François-Perrault, grâce notamment à l’action de sa finissante Fatine-Violette Sabiri, qui a été honorée. Sollicitant la venue du GRIS dans son établissement, la jeune fille a réalisé consécutivement un documentaire d’une trentaine de minutes, « Du pareil au même », qui traite de plusieurs aspects de l’homosexualité : la sortie du placard, les réactions de l’entourage, le défilé de la Fierté etc.

Pour regarder cette vidéo : http://vimeo.com/28635447

Et pour en connaître davantage sur les activités du GRIS, faire un don ou devenir bénévole :

www.gris.ca

lhomophobiecasuffit.com

www.facebook.com/grismontreal