LE CANADA DOIT AGIR CONTRE LES LOIS HAINEUSES CIBLANT LES LGBTQ DANS LE MONDE

Par  |  Aucun commentaire

À l’heure où des militants des quatre coins du monde se préparent à souligner demain 17 mai la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, plus de 85 organismes de la société civile de partout au Canada exhortent le Gouvernement du Canada à poser des actions cruciales pour défendre les droits des lesbiennes, des gais et des personnes bisexuelles, transgenres et queer (LGBTQ) à l’échelle mondiale. La lettre qu’ils ont signée et adressée à l’honorable John Baird, ministre des Affaires étrangères, présente un plan d’action comportant dix mesures que le Canada peut prendre pour défendre les droits des personnes LGBTQ et donner suite concrètement à son « Ordre du jour pour la dignité », un principe fondamental des politiques étrangères canadiennes, établi par le ministre.

Depuis peu, on observe une escalade des attaques contre les droits humains fondamentaux des personnes LGBTQ, dans plusieurs pays. Notamment, de nouvelles lois expressément anti-LGBTQ ont été adoptées dans des pays comme la Russie, le Nigeria et l’Ouganda; dans d’autres pays, comme l’Inde, des lois interdisant l’homosexualité ont été rétablies contre toute logique. Plus de 80 pays criminalisent l’homosexualité, allant dans certains cas jusqu’à décréter la peine de mort pour des rapports sexuels entre adultes consentants.

Fort d’un parcours reconnu en matière d’appui international aux droits des LGBTQ, le Canada a critiqué, comme il se doit, cette vague de haine. Toutefois, des paroles sans actions n’engendreront pas le genre de changements qui sont désespérément nécessaires, à ce moment où de plus en plus de LGBTQ sont confrontés à la persécution et à la violence promues par des lois.

« La dénonciation est importante, mais il faut une riposte stratégique et soutenue, contre ces violations flagrantes des droits de la personne qui détruisent des vies partout dans le monde », souligne Richard Elliott, directeur général du Réseau juridique canadien VIH/sida. « Le vitriol et la violence font une montée fulgurante, comme l’a révélé tout récemment un rapport issu de l’Ouganda où sont documentés des abus perpétrés depuis l’adoption de la Loi antihomosexualité. Nous devons travailler de concert avec des défenseurs locaux des droits de la personne dans les pays affectés, pour faire savoir aux dirigeants politiques et aux leaders religieux que nous ne laisserons pas se poursuivre impunément la législation haineuse et l’incitation à la haine. »

À cette fin, une nouvelle coalition appelée « #ENDhatelaws » a été créée par un groupe de militants pour les droits humains, afin de rehausser la sensibilisation à cette épidémie de haine persistante et de faire pression sur le gouvernement canadien, pour qu’il s’occupe davantage de prendre le parti des droits humains fondamentaux des personnes LGBTQ (www.endhatelaws.com). Cette coalition dirigée par des bénévoles fait partie des nombreux signataires de la lettre ouverte au ministre des Affaires étrangères.

« Nous exhortons le ministre Baird et le Gouvernement du Canada à adopter ce judicieux plan d’action en 10 points pour l’éradication des lois haineuses », a affirmé Andrea Houston, bénévole pour #ENDhatelaws. « Le plan d’action fait écho aux demandes de défenseurs des droits humains dans des pays comme l’Ouganda et le Nigeria quant à l’appui de la communauté internationale. Le moment est crucial et le Canada doit adopter des mesures définitives; dans un mois, il sera l’hôte de l’événement WorldPride et accueillera des militants pour les droits LGBTQ du monde entier. Le Canada doit préciser comment il se fera solidaire des personnes persécutées partout dans le monde.

Lisez la lettre ouverte à l’honorable John Baird, à http://bit.ly/1hQKJYH.