L’Association médicale a élu sa première présidente lesbienne

Par  |  Aucun commentaire

Anna Reid, première lesbienne présidente de l’Association médicale canadienne

Diplômée de l’université d’Ottawa et médecin urgentiste dans les Territoires du Nord-Ouest, où elle s’occupe notamment des itinérants, des personnes toxicomanes et de celles ayant des troubles mentaux, elle est la sixième femme à devenir présidente de l’Association médicale canadienne en 145 ans. Et la première ouvertement lesbienne : « Être une femme n’a jamais été un obstacle dans ce que j’ai entrepris – pas plus qu’être lesbienne » a-t-elle expliqué au journal Globe and Mail.

Sa biographie officielle précise par ailleurs qu’elle est multi-instrumentiste, qu’elle possède une solide éthique du travail et un sens de l’humour et que sa conjointe Linda représente « sa source constante d’inspiration et de soutien ».

Ottawa doit promouvoir l’égalité

Dans son discours inaugural, Anna Reid a évoqué le besoin de soins centrés sur le patient, l’amélioration des services à l’attention des aborigènes et la coordination entre médecins. « Il y a un écart grandissant entre les services disponibles dans les zones urbaines et rurales du Canada, de même qu’entre juridictions aisées et pauvres », a-t-elle déclaré au Globe and Mail.

« Je suis fière de travailler dans une juridiction où les défis en matière de santé et de soins sont pris en charge dans un effort collectif par les docteurs, les autorités médicales et le gouvernement territorial », a-t-elle expliqué dans un communiqué. Constatant que « notre système public ne couvre qu’en partie les besoins qui doivent l’être », elle a indiqué en entrevue que le rôle d’Ottawa ne devait pas être seulement de fournir de l’argent, mais également de promouvoir l’égalité.

Crédit photo : Dr Phil.