Le nouvel archevêque de Montréal n’est pas un ami des gais

Par  |  1 commentaire

Mgr Christian Lépine nouvel archevêque de Montréal

Le cardinal Jean-Claude Turcotte avait présenté l’année dernière sa démission, conformément au droit canonique, ayant atteint l’âge limite de 75 ans pour sa fonction d’archevêque. Pour le remplacer, le pape a annoncé la nomination de Christian Lépine, qu’il avait fait évêque auxiliaire de Montréal l’année dernière.

Ordonné prêtre en 1983, il a travaillé au service du Vatican entre 1998 et 2000. Christian Lépine a également été curé des paroisses Notre-Dame-des-Champs et Purification-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie à Repentigny.

Par ailleurs enseignant et directeur du Grand séminaire de Montréal, il y enseignait « Vie chrétienne et sexualité ». Dans la description de ce cours, il était question, à travers l’étude de « l’Écriture et la Tradition chrétienne […] d’éclairer la moralité de certains agirs humains : masturbation, acte conjugal, régulation des naissances, relations sexuelles hors mariage (entre jeunes ou adultes), homosexualité, pédophilie ».

Développer « le potentiel hétérosexuel »

La bibliographie donne une place aux prétendues thérapies pour guérir l’homosexualité, dont le livre La différence interdite du prêtre-psychanalyste Tony Anatrella ou l’opuscule « Vérité et signification de la sexualité humaine ». Ce texte, publié par le Conseil pontifical pour la famille, indique (§104) que dans « Bien des cas, particulièrement quand la pratique des actes homosexuels ne s’est pas encore structurée, peuvent réagir positivement à une thérapie appropriée. »

En octobre 2009, Christian Lépine accueillait Michel Lizotte dans son église de Notre-Dame-des-Champs. Ce militant des thérapies de conversion et cofondateur du groupe Ta Vie, Ton Choix, proposait trois jours de conférences intitulées « aider mon enfant à développer son potentiel hétérosexuel ».

Face au tollé suscité, le futur Archevêque de Montréal avait été contraint de faire écourter cette formation. « Le malentendu plutôt fort, vis-à-vis l’événement, risquait de devenir humiliant pour les témoins, qui se présentaient à l’église dans un contexte de débat, expliquait Christian Lépine à la publication locale Hebdo Rive Nord. Si le témoignage respecte la liberté de la personne, il est important de respecter la liberté du témoin. Ces deux facteurs ont mené à la décision finale ».

Crédit photo : |vvaldzen|.

1 Comment