Le nouvel archevêque de Montréal n’est pas un ami des gais

Par  |  1 commentaire

Mgr Christian Lépine nouvel archevêque de Montréal

Le cardinal Jean-Claude Turcotte avait présenté l’année dernière sa démission, conformément au droit canonique, ayant atteint l’âge limite de 75 ans pour sa fonction d’archevêque. Pour le remplacer, le pape a annoncé la nomination de Christian Lépine, qu’il avait fait évêque auxiliaire de Montréal l’année dernière.

Ordonné prêtre en 1983, il a travaillé au service du Vatican entre 1998 et 2000. Christian Lépine a également été curé des paroisses Notre-Dame-des-Champs et Purification-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie à Repentigny.

Par ailleurs enseignant et directeur du Grand séminaire de Montréal, il y enseignait « Vie chrétienne et sexualité ». Dans la description de ce cours, il était question, à travers l’étude de « l’Écriture et la Tradition chrétienne […] d’éclairer la moralité de certains agirs humains : masturbation, acte conjugal, régulation des naissances, relations sexuelles hors mariage (entre jeunes ou adultes), homosexualité, pédophilie ».

Développer « le potentiel hétérosexuel »

La bibliographie donne une place aux prétendues thérapies pour guérir l’homosexualité, dont le livre La différence interdite du prêtre-psychanalyste Tony Anatrella ou l’opuscule « Vérité et signification de la sexualité humaine ». Ce texte, publié par le Conseil pontifical pour la famille, indique (§104) que dans « Bien des cas, particulièrement quand la pratique des actes homosexuels ne s’est pas encore structurée, peuvent réagir positivement à une thérapie appropriée. »

En octobre 2009, Christian Lépine accueillait Michel Lizotte dans son église de Notre-Dame-des-Champs. Ce militant des thérapies de conversion et cofondateur du groupe Ta Vie, Ton Choix, proposait trois jours de conférences intitulées « aider mon enfant à développer son potentiel hétérosexuel ».

Face au tollé suscité, le futur Archevêque de Montréal avait été contraint de faire écourter cette formation. « Le malentendu plutôt fort, vis-à-vis l’événement, risquait de devenir humiliant pour les témoins, qui se présentaient à l’église dans un contexte de débat, expliquait Christian Lépine à la publication locale Hebdo Rive Nord. Si le témoignage respecte la liberté de la personne, il est important de respecter la liberté du témoin. Ces deux facteurs ont mené à la décision finale ».

Crédit photo : |vvaldzen|.

1 Comment

  1. yvon l'heureux

    22 mars 2012 at 22h05

    J’ai connu Christian en 1977. Dire :  »Le nouvel archevêque de Montréal n’est pas un ami des gais » me semble ne pas le connaitre. Christian n’ a certes pas accepté sa nomination pour se faire d’autres amis mais pour propager l’amour du Christ envers les hommes. Devant sa réaction face à l’homosexualité elle n’est pas personnelle, c’est celle de son Église, d’accord ou pas. Cependant espérant qu’après toutes ces cachettes et révélations de prêtres qui font souffrir les enfants, leur famille et L’Église du Christ avec la pédophilie, regardons le agir. Est-ce-qu’il prendra la défense des tout petits enfants?