La loi 78 : l’escalade de la violence

Par  |  Aucun commentaire

loi 78 manifestation québec démocratie grève étudiante gouvernement violence

Les réactions furent vives de la part de l’opposition et des médias, quand le gouvernement libéral a voté en faveur de la loi 78, vendredi dernier. Les intentions d’origines de cette loi étaient de suspendre les classes jusqu’en août dans les 14 collèges et les 11 universités en grève depuis février. Toutefois, cette législation a révélé des implications beaucoup plus sinistres : on ne peut maintenant plus manifester à moins de 50 mètres d’un établissement scolaire et tout regroupement de plus de 50 personnes visant à exprimer son mécontentement doit préalablement soumettre un itinéraire à la police, huit heures à l’avance. Ceux qui refuseront de se plier à ces obligations se risquent à des contraventions salées, allant jusqu’à 7000$ pour un individu et à 125 000$ pour une association.

Plusieurs organisations ont fermement dénoncé cette position dictatoriale. Le barreau du Québec, le bureau québécois d’Amnistie internationale et plusieurs médias, ont exprimé un profond désaccord avec l’attitude exagérément restrictive de l’équipe Charest. Ironie du sort, le soir où l’Assemblée nationale débattait de l’adoption du projet de loi 78, Fierté Montréal remettait une mention honorifique au ministre Jean-Marc Fournier, au Gala des Bâtisseurs, pour sa contribution à la lutte contre l’homophobie. Le principal intéressé était évidemment absent, occupé à trouver une façon de forcer un retour à l’ordre auprès des étudiants.

La CLASSE, quant à elle, a immédiatement déclaré sa volonté de défier la loi 78. Le député de Québec Solidaire Amir Khadir fait une annonce publique pour appuyer la CLASSE et appeler les citoyens du Québec à désobéir à ce projet de loi de façon pacifique.

La FEUQ de son côté a lancé une vidéo contre cette loi avec la participation de la chanteuse Ariane Moffatt. La FECQ a de son côté mis sur pied une pétition afin de pouvoir légalement contester le projet de loi.

CUTV-GND-Anarchopanda-510x286 grève étudiante loi 78 manifestation

Dimanche dans la nuit, plus de 300 manifestants ont été arrêtés, en plus de nombreuses altercations avec les policiers. Plusieurs incidents de violence de la part des forces de l’ordre ont été rapportés par les médias sociaux et la chaine de télévision en direct sur le web CUTV, de l’université Concordia.

Depuis l’adoption du projet de loi 78, plusieurs abus de pouvoir des policiers ont été documentés. L’usage arbitraire du poivre de Cayenne au coin de la rue Saint-Hubert et Sainte-Catherine ce dimanche dans la nuit, et l’intrusion des forces de l’ordre dans la taverne le St-Bock pour poursuivre des manifestants ont mené vers des attaques injustifiées contre les clients et le patron de l’établissement la même nuit.

D’autres groupes rapportent une nette augmentation de réactions policières face à des comportements non violents. Lorsque les caméras de CUTV ont été endommagées, on s’est justifié en disant que cette diffusion encourageait les manifestants. Dans la vidéo suivante, on peut voir une voiture de police foncer impunément sur des manifestants pacifiques.

Aujourd’hui, une marche de grande ampleur est organisée pour souligner le centième jour de la grève étudiante. Elle débutera à 14 h à la Place des Arts et plusieurs associations, coopératives et organisations culturelles et syndicales y prendront part dans le but de dénoncer la loi abusive des libéraux.

Samedi, l’éditeur en chef des magazines Être et 2b André Gagnon a mis sur pied une page Facebook « GLBT contre la hausse des frais de scolarité » afin d’encourager la communauté à partager des articles pertinents, des vidéos et des images éloquentes du conflit actuel. Cette atteinte aux droits fondamentaux de liberté d’expression et de rassemblement a amplifié le problème des frais de scolarité en un véritable débat sur les fondements de la démocratie.

Plusieurs démonstrations de solidarité ont été planifiées à Paris, New York et Washington DC afin de soutenir la cause étudiante québécoise. Le documentariste américain Michael Moore a twitté son appui à la grève après la performance d’Arcade Fire à l’émission Saturday night live, où le groupe québécois arborait le carré rouge.

Crédit photo: Flickr Sykooooooo!