La France se penche sur la question des gais dans les maisons de retraite

Par  |  Aucun commentaire

vieuxgais

Dans dix ans, ce sont 20 millions de Français qui seront à la retraite et parmi eux près de deux millions de GLBT, d’après les estimations de l’association Inter-LGBT. Pour Philippe Coupé, président de l’organisation l’Autre cercle Île-de-France, personne n’a pris en compte cette problématique.
«On a donc beaucoup cherché, notamment en Île-de-France, on a écrit aux principales associations de maisons de retraite, la FNADEPA (Fédération nationale des associations de directeurs d’établissements et services pour personnes âgées) et l’AD-PA (Association des directeurs au service des personnes âgées) et on n’a pas eu de réponse», dénonce M. Coupé.

Sensibiliser les élus au problème de l’égalité réelle

« On ne souhaite pas des maisons de retraite réservées uniquement à la communauté gaie, comme cela existe en Amérique — bien que nous ne soyons pas opposés à ce concept —, mais on souhaite une sensibilisation des personnels au fait que des personnes du même sexe partagent la même chambre, qu’ils soient sensibilisés aux problèmes de santé touchant notamment les homosexuels, comme le sida », ajoute-t-il.
Françoise Toursière, directrice de la FNADEPA interrogée par l’Agence France Presse, se demande pour sa part si on doit créer des «ghettos supplémentaires». Du côté de l’AD-PA, Pascal Champvert explique : « On se bat quotidiennement contre la discrimination par l’âge et on est naturellement sensible à l’homophobie. Nous rappelons souvent à nos personnels et à nos résidents l’article 13 du Traité d’Amsterdam qui condamne toutes les discriminations par l’âge, le racisme, l’homophobie, le handicap ». S’il admet ne pas avoir répondu au courrier de l’association Autre cercle, il se dit prêt à les rencontrer.
Le porte-parole de l’Inter LGBT, Nicolas Gougain, a bien l’intention d’alerter les hommes politiques sur cette question lors des prochaines élections locales en France. Selon lui, il faut sensibiliser les élus sur le problème de l’égalité réelle qui doit se penser pendant toutes les périodes de la vie.