La Fierté de Montréal violemment attaquée par un animateur radio

Par  |  6 commentaires

Jeff Fillion et ses conseils aux homosexuels

Jeff Fillion se défend d’être homophobe. « Vivre et laisser vivre », affirme-t-il. Mais il en a beaucoup à dire sur la Fierté, s’attardant même, dans son sermon, à des suggestions faites directement à la communauté GLBT : « Des parades gaies, c’est pas bon pour vous autres, si vous pensez contrer l’homophobie avec ça, vous êtes dans le champ. Les images qu’on voit à la «tévé» c’est à lever le cœur. Ça fait cheap, vous avez l’air d’épais, d’« esti » de débiles [sic.] Vous faites honte à la communauté gaie. Le monde normal est mal à l’aise avec votre parade débile. Stay low, low profile, vivez comme tout le monde. »

On entend aussi le collaborateur de Fillion dénoncer une mère qui, interrogée par des journalistes télé, a affirmé que sa fillette est lesbienne et qu’elle souhaite que son enfant grandisse en étant soutenue dans son identité. Pour le commentateur critique, la fillette sera à jamais ostracisée par les autres familles et enfants pour une différence qui, à l’entendre, ne serait sans doute pas encore complètement établie.

Cet extrait met le doigt sur un problème qui va au-delà de l’acceptation de l’homosexualité. Il s’agit du problème plus général de la réaction naturelle de dégout d’une majorité de personnes face à un comportement qui leur semble inhabituel ou excentrique. Une phobie de la différence qui est la source de la plupart des discours haineux. Souhaiter accepter l’autre dans la mesure où sa différence n’apparaît pas clairement et n’affecte pas notre quotidien et le confort d’un monde où toutes les références sont intelligibles et faciles à assimiler, empêchera toujours l’épanouissement des minorités.

Crédit photo : Magazine Être

6 Comments

  1. Kazimir Strassman

    21 août 2012 at 17h04

    Jeff, t’as l’air d’un cave comme ça à déblatérer tes niaiseries. On t’a vu faire le cave, Fillion, c’est pas comme ça que tu vas t’attirer l’amour du public. Reste low profile, Jeff, retourne dans ton trou. Et reste là.

  2. Bob

    21 août 2012 at 19h25

    SVP prendre note que Jeff Fillion n,est plus a radio x depuis mars 2005 ! 7 ans.

    Le journaliste mentionne encore CHOI radio x.

    Bel effort journalistique !

  3. Maxime godin

    22 août 2012 at 12h14

    Franchement…. Très réfléchis comme commentaire…. on peux voir en effet qu’il y a un grand travail de journalisme dans les propos…. Pour moi Fillion n’est qu’un imbécile commentateur de radio poubelle de Québec! Au lieu de relater ce qui semble être de l’ignorance ou de l’homophonie, tu devrait peut-être lever tes fesses et y assister à cette parade! Il y avait syndicats (pour que l’homosexualité sois accepté au travail), Il y avait étudiants ( afin de contrer l’homophonie à l’école) il y avait des parents homosexuels etc. La réflexion est de mise surtout pour une personne ignorante dans ton genre qui s’inspire des image de Poubelle TVA ! Tu peux bien être écouté à Québec et pas ailleurs !

  4. François

    22 août 2012 at 22h04

    Je n’en suis pas si sûr qu’il n’attirera pas l’amour du public…
    Y’a beaucoup de Joe Blo (homme ou femme) qui entendent des propos comme ça et qui sont donc « ben d’accord avec ça, c’est ben vrai, les maudits fifs, on fait tu une parade d’hétéro nous autre? ».

    Bon, il ne faut pas trop prendre ce que je viens de dire au 1er degré, il n’y a aucune dans mes propos. Mais c’est comme ça que ça me fait réagir.

    Juste de réaliser que nous sommes « pris » avec des gens comme ça, ça donne juste le goût de retourner à l’age de pierre. Tout ce qu’ils avait à faire c’était de survivre et n’avaient pas à entendre pareil vomissures!

  5. François

    22 août 2012 at 22h05

    Correction: il n’y a aucune *nuance* dans mes propos.

    Désolé de l’erreur.

  6. DooM Dumas

    23 août 2012 at 16h52

    http://radioego.com/ego/listen/11731

    La fillette en question avait 6 ans. Je ne connais pas de parents qui peuvent dire avec certitude quelle orientation a/aura son enfant de 6 ans. L’enfant l’ignore pas mal lui-même encore.