Joël Legendre se livre à «Tout le monde en parle»

Par  |  Aucun commentaire
Joel Legendre«Habituellement on parle de moi dans les arts et spectacles. Là, je vois ma face en page 2. Je paralyse. Je me sens violé. Ce n’était ni de la colère, ni de la peine. Je vivais un cauchemar. Ma vie rangée est tassée…J’ai trouvé ça dégueulasse de voir ma vie exposée.»
«Cette journée-là, ça a été difficile. Il y a eu des larmes et de la colère…Le plus dégueulasse, c’est qu’on cite le nom de mon enfant sur ce torchon, c’est ça qui est dégueulasse… Je suis incapable d’appeler ça un journaliste.»  A-t-il conclu à propos du journaliste Marc Pigeon.
Il a dit avoir été fortement appuyé par le milieu et le public les jours suivants.
«J’ai reçu un support incroyable. À la station, on n’a jamais eu autant de courrier, ça m’aide…Des gens du milieu se sont prononcés, j’ai trouvé ça gentil et solidaire.»
«Les gens me disent : on ne veut pas savoir avec qui tu couches.»
«Je n’ai jamais voulu me marier publiquement, je ne voulais pas me séparer publiquement non plus.»
Il a expliqué n’avoir jamais été dans le placard, que son fils sait qu’il est gai, que le milieu artistique, son entourage le savait. On a même appris qu’il a été deux ans bénévole chez Gai Écoute. «Je n’ai jamais voulu que ça prenne le dessus sur ma carrière.»
Interrogé par Dany Turcotte sur le modèle positif qu’il peut être en s’affirmant comme gai, il a expliqué préférer avoir d’autres passions dans la vie.
«Ma passion, c’est pas de propager l’homosexualité. J’aime mieux servir de modèle avec Opération Enfant Soleil par exemple.»
Inventé à commenter, il a rejeté la théorie du règlement de compte parce qu’il a quitté le réseau TVA, une partie de l’empire Quebecor, expliquant qu’il est toujours invité à TVA. «Mais j’ai perdu l’immunité.» A-t-il conclu.
En commentant son récent livre de recettes végétariennes, il a finalement lancé à propos de ses différences : «C’est ce que je suis. Tant qu’à être différent, je vais être différent dans toutes les sphères : gaucher, végétarien, gai!»
Crédits photo : CyberPresse