James Franco laisse planer le doute sur sa sexualité

Par  |  Aucun commentaire

jamesfrancogai

Soyons honnêtes, à Hollywood, les questions du public entourant l’orientation sexuelle d’un acteur ou d’une actrice sont plutôt un signe de succès et un passage obligé vers la célébrité. Ce qui différencie James Franco d’autres comédiens, c’est que contrairement au déni offusqué de certains et au lourd silence d’autres, sa réponse s’avère très nuancée.
L’acteur affirme ainsi : «C’est amusant parce que les gens sur les blogues ont un rapport systématique avec la question. Tout est noir ou blanc! Ils définissent l’identité comme quelque chose de forcément net et précis, sans nuance : “Il est gai ou hétéro?”, ou alors “C’est ton troisième film homo, sors du placard!”. Cette vision est uniquement basée sur idée que l’objet de ton affection définit ta sexualité.»

«Peut-être que je suis simplement gai»

De toute évidence, l’acteur ne laisse certainement pas ces rumeurs affecter le choix de ses rôles. La filmographie de James Franco comprend plusieurs personnages gais, d’Allen Ginsberg dans Howl, à l’activiste Scott Smith dans Milk en plus du poète Hart Crane dans son prochain film Broken Tower.
«Plusieurs facteurs expliquent que je m’intéresse aux personnages homosexuels, qui n’ont rien à voir avec le fait de vouloir me voir sorti du placard et d’avoir des rapports sexuels avec des hommes. Et il y a aussi plusieurs angles, en plus de l’identité sexuelle, qui m’intéressent chez ces personnages», ajoute James Franco.
Et le comédien de conclure : «D’un côté c’est une coïncidence si j’ai été amené à jouer ces personnages et d’un autre côté ça ne l’est pas. Je veux dire que j’ai interprété un homo qui vivait dans les années 60-70, un autre qu’on voit évoluer dans les années 50 et un des années 20. Ce sont toutes des périodes où être gai, du moins être gai publiquement était extrêmement difficile. Une partie de mon intérêt réside dans la façon de vivre marginale de ces personnes, en constante lutte contre l’opposition. Ou alors vous savez quoi? Peut-être que je suis simplement gai.»