Iran : trois personnes pendues pour homosexualité

Par  |  Aucun commentaire

pendaison Iran gay homosexuels

C’est l’association des droits humains (Iran Human Rights) qui a révélé l’information hier dans la journée. Dans un texte publié sur son blogue, l’IRH cite comme source l’agence d’État Isna. Selon cette dernière, six personnes ont été pendues dimanche 4 septembre, à la prison de Karoun d’Ahvaz (au sud-ouest de l’Iran). Parmi elles, trois hommes ont été mis à mort pour « sodomie ».

La loi iranienne emploie ce terme pour définir les relations sexuelles entre hommes. La charia, code islamique sur laquelle se base le système politique et judiciaire iranien, prévoit la peine capitale pour ce type de rapports. Néanmoins, le pouvoir en place parle rarement de sodomie, évoquant plutôt des « viols » pour ne pas susciter un tollé trop important dans la communauté internationale.

Que sont devenus Ayub et Mosleh ?

Ni les identités (hormis les initiales : M. Ch, MT, TT)  ni l’âge des trois hommes n’ont été révélés. Les trois autres personnes qui se trouvaient avec eux auraient été condamnées à mort pour trafic de drogue, viol et vol qualifié.

La dernière tragédie (connue) de ce genre en Iran remontait à janvier dernier. Deux jeunes hommes, Ayub et Mosleh, âgés de 20 et 21 ans, avaient été condamnés à mort par lapidation. Le régime islamiste les accusait alors de viol et de rapports (homo)sexuels. Aucune nouvelle n’a depuis filtré sur leur cas alors qu’on annonçait comme imminente leur exécution.

Crédits photo: Alain Bachellier.