Intimidation – Une étudiante de Montmorency passe à l’action

Par  |  3 commentaires

Cegep Montmorency LGBTQ Vanessa Rodrigues

Il aura fallu plusieurs mois à Vanessa, 21 ans, étudiante en sciences humaines au Collège Montmorency, pour mettre son association sur pied, le temps d’obtenir toutes les autorisations de la part de l’école. Tout est parti d’une frustration, le 17 mai 2011 : « Ils ont complètement mis de côté la Journée contre l’homophobie et ça m’a fâché, rappelle-t-elle. Ce jour-là, j’ai été voir le syndicat et j’ai dit “à partir de maintenant, il va y avoir quelque chose” ».

Tous les établissements scolaires ne voient pas toujours d’un très bon œil l’ouverture d’une association pour les jeunes LGBT. Pourtant, le personnel du Collège Montmorency semble avoir accueilli ce projet avec bienveillance, confirme Jonathan Greffe. Travailleur social dans ce cégep, il supervise le projet de Vanessa. Le but est d’aller « chercher les jeunes en questionnement, qui vivent des difficultés mais qui ne savent pas en parler », dit-il. Le groupe n’a pas encore de local attitré, mais possède son propre espace où chacun peut venir chercher de l’aide ou des renseignements relativement à l’orientation sexuelle.

Vanessa Rodrigues

Veiller au respect, au quotidien

Même si le collège est ouvert à la diversité, accueillant notamment un grand nombre d’élèves issus des minorités culturelles, il demeure nécessaire au quotidien de veiller au respect des personnes LGBT, de ne pas tolérer les insultes, notamment contre des intervenants du GRIS ou envers Vanessa, comme ça a déjà été le cas : « Les gens me traitent de noms, ils me regardent puis rient, ils me pointent puis disent “ah regarde, la lesbienne !” », raconte la jeune femme.

Mais l’hostilité ou la méfiance peut parfois provenir du personnel lui-même, tels ces professeurs qui ont dit directement à l’intéressée qu’ils « ne soutenaient pas du tout la cause » ou, rapporte Jonathan Greffe, ces employés qui l’abordent car ils ne savent pas comment réagir face à deux garçons s’embrassent. « Je trouve ça intolérable ! Il ne devrait pas y avoir le réflexe de demander à un intervenant “est-ce qu’on accepte ça dans le collège ?” »

Après avoir fait de la sensibilisation à l’occasion de la semaine nationale de prévention du suicide, Vanessa Rodrigues souhaite mettre en place des soirées café-causeries. Et bien entendu, elle attend de pied ferme le 17 mai pour pouvoir mener des actions durant la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie.

Pour plus d’informations sur LGBTQAMomo, rejoindre le groupe ou encore recevoir du soutien de façon anonyme, vous pouvez écrire à l’adresse suivante : lgbtqmomo@hotmail.ca

lgbtqamontmorency.wordpress.com

Crédit photos : documents remis.

3 Comments