Image + Nation 2010 : un cru porté par le Sud

Par  |  Aucun commentaire

From beginning to end

From beginning to end (Brésil) : l’histoire passionnelle de deux demi-frères, deux beautés exceptionnelles. Ce qui aurait pu n’être qu’un simple prétexte pour montrer un jeu érotique et romantique s’avère ici complètement crédible grâce à un scénario solide et surtout au jeu subtil mais flamboyant de Thomas et Francisco. Le film illustre bien le désarroi des parents (et on les comprend) mais surtout combien il est « difficile de leur dire que l’amour est une mauvaise chose », comme l’explique la mère. Un film à voir absolument.
Elvis ‘e’ Madonna (Brésil) : une rencontre entre une trans/drag queen, Madonna, et une lesbienne livreuse de pizza, Elvis. A priori, on se demande comment ces deux caractères peuvent cohabiter. Reste qu’une idylle naît. L’univers de Madonna est composé de personnes plus gentilles les unes que les autres, une sorte de « monde merveilleux » qui s’oppose à la famille d’Elvis, très réfractaire à l’identification souhaitée par la jeune femme. Tous les personnages, y compris la famille, attirent l’attention du spectateur. On est proche ici de l’univers d’Almodovar. Les deux actrices principales offrent, elles, un numéro parfait.
The Consul of Sodom (Espagne) : le portrait de l’aristocrate Biedma, fils d’un homme d’affaires opérant dans le tabac, et pourtant sensible aux nouvelles idées communistes et socialistes. S’il comprend vite les obligations familiales, notamment le mariage, il restera libre toute sa vie, ne refusant ni les hommes ni les femmes. Ce film épique est admirablement bien interprété. Il a d’ailleurs reçu un Goya (l’équivalent des Oscars en Espagne).
Heretics (États-Unis) : un documentaire exceptionnel pour ceux qui s’intéressent à l’histoire du mouvement féministe américain. Au programme : portraits et entretiens avec de très nombreuses personnes ayant vécu ce moment de rupture. Un moment qu’elles ont voulu inscrire dans une revue créée en 1977 à New York : Heresies. On retrouve les responsables du journal et plusieurs autres contributeurs importants. Riche par la qualité du sujet, le documentaire offre aussi des dialogues souvent d’actualité.
The secret diaries of Miss Anne Lister (Grande-Bretagne) : le portrait d’une femme lesbienne libre au XVIIIe siècle, en Angleterre, qui va revendiquer son célibat auprès de ses parents. De facture classique, le film se démarque en abordant l’histoire souvent méconnue de ces femmes qui sont arrivées – avant d’autres – à refuser certaines obligations (ici le mariage). Dans la catégorie documentaire, un portrait plus complet d’Anne Lister vous est également proposé.
Purple Sea (Italie) : une autre histoire vraie, encore plus complexe puisqu’elle concerne aussi  le genre. Purple Sea, c’est le portrait d’Angela, fille d’un maître-paysan violent, dans la Sicile du XIXe siècle. Pour pouvoir vivre avec la femme qu’elle aime, Angela se travestit en Angelo et ce après avoir du faire face à une violence paternelle terrible. Outre l’excellent jeu des actrices, l’histoire met en valeur la place de l’Homme (quel que soit son sexe) et son pouvoir quand il est riche ou/et influent. Il est rare de voir un film lesbien s’aventurer dans ce monde. Profitez-en!
Du 28 octobre au 7 novembre, dans plusieurs salles du centre-ville de Montréal mais surtout à l’Impérial, près de la place des Arts, venez découvrir ce qui se fait de mieux sur et autour du monde LGBT. La programmation est en ligne sur le site www.image-nation.org. Un film péruvien sélectionné aux Oscars fera l’ouverture. La France sera à l’honneur pour clore un festival qui s’annonce très prometteur.