Hommes bisexuels: pas de doute, ça existe selon des chercheurs

Par  |  Aucun commentaire

Étude sur les bisexuels

La conclusion de cette recherche, en partie financée par l’American Institute of Bisexuality et publiée en ligne par le journal Biological Psychology, atteste « que la bisexualité est une réalité et que certains hommes peuvent être indifféremment attirés par les deux sexes ». Ces résultats viennent démentir ceux de plusieurs études éditées en 2005, dont une également menée par l’Université de Northwestern, qui stipulait plutôt que « pour ce qui est de l’attirance et de l’excitation sexuelle, il reste à démontrer que la bisexualité masculine existe ». L’affaire avait créé un tollé à l’époque.

Cette fois, les chercheurs ont pris leurs précautions en suivant une méthodologie plus précise que celle mise en avant en 2005. Pour choisir les participants, les chercheurs ont effet veillé à ce que ceux-ci aient connu au moins deux expériences sexuelles avec un homme et avec une femme ainsi qu’un minimum d’une relation amoureuse de trois mois et plus avec un homme et avec une femme. L’étude de 2005 ne se basait quant à elle que sur l’orientation que les participants avaient « daigné » préciser dans le questionnaire qui leur avait été remis.

Une conclusion insultante
Dans l’étude de 2005 comme dans l’étude de 2011, les participants étaient amenés à visionner des vidéos de relations homosexuelles entre des hommes, mais aussi entre des femmes, afin de déterminer leur niveau d’excitation. Alors que les résultats de l’étude de 2005 ne pouvaient démontrer l’existence de la bisexualité, les conclusions de l’étude de 2011 avancent que les hommes bisexuels réagissent aux deux types de vidéos, contrairement aux hétérosexuels et aux gais.

Jim Larsen, membre d’un groupe de soutien pour les bisexuels, affiche une réaction mitigée relativement aux résultats de cette étude. « C’est formidable qu’ils soient arrivés à la conclusion que la bisexualité existe. Ceci étant dit, ils démontrent ce que la communauté savait déjà. C’est insultant. Qu’est-ce qui nous permet de douter de quelqu’un qui affirme être bisexuel? ».

Ellyn Ruthstrom, présidente du Centre de ressources pour les bisexuels de Boston, a par ailleurs fait écho aux propos de M. Larsen. « Malheureusement, ces conclusions réduisent la sexualité et les relations amoureuses uniquement à la stimulation sexuelle. Les chercheurs tentent de catégoriser l’attirance bisexuelle – vous devez être attiré exactement de la même manière par les hommes et les femmes pour être bisexuel. Ça n’a aucun sens. »

La majorité des observateurs s’entendent toutefois pour dire qu’aussi réducteurs que ces résultats peuvent paraitre, ils aideront tout de même les hommes bisexuels à combattre le préjugés selon lequel la bisexualité n’est qu’une transition entre l’hétérosexualité et l’homosexualité et ne peut donc pas constituer une orientation sexuelle en soi.

Crédits photo: Sooticas Dream.