Histoire de texto : Textomachie de Frédéric Tremblay

Par  |  Aucun commentaire

Mardi 9 octobre avait lieu le lancement du nouveau roman de Frédéric Tremblay qui du haut de ses 19 ans publie déjà sa 4e œuvre. L’événement avait lieu au café-bar L’escalier, situé sur la rue Sainte-Catherine à deux pas de la station Berri-Uqam. Textomachie, c’est le récit de vie d’Adam Dufort, enfant de la génération du texto. L’auteur nous plonge dans un avenir ou le poids de cette pratique va avoir modifié définitivement les paradigmes sociaux.

Frédéric Tremblay est fier du lancement de son dernier roman. Si par le passé les célébrations entourant ses autres publications étaient plus modestes, c’est qu’il habitait la banlieue, loin du centre d’activité culturelle que représente l’Île de Montréal. « Celui-ci, du fait de mon passage de la banlieue à la ville et de ma plus grande sociabilité (tous les auteurs commencent par être des rats de bibliothèque solitaires, mais heureusement il y a de l’espoir de sortir des livres pour mieux y revenir), a été une vraie réussite; beaucoup d’amis et d’amis de mes amis, du mouvement, de la bonne bière et du bon vin, moi au micro racontant les origines de Textomachie, un livre dans une main et un ancien cellulaire dans l’autre, et des tonnes de discussions passionnantes » explique ce jeune prodige de la plume.

Textomachie, c’est d’abord et avant tout mon retour au roman après un long passage par les sciences humaines, l’essai, l’argumentation, Karl Marx et tout le reste », nous explique Tremblay, visiblement enthousiaste. C’est la messagerie texte et les changements relationnels qu’amène ce nouveau mode de communication qui ont obsédé le jeune écrivain:  « Les différentes histoires tournent toutes autour du thème du texto, phénomène que je considère comme marquant pour ma génération. »

Textomachie

Joey Cornu Éditeur, 448 pages, 16,95$