Hausse des crimes haineux contre les homosexuels

Par  |  Aucun commentaire

Crimes haineux Canada Québec homosexuels

Les données concernant les crimes haineux liés à l’orientation sexuelle restent particulièrement préoccupantes. Contrairement à ceux ayant pour origine la race et la religion, on observe une hausse des agressions contre les GLBTQ entre 2009 et 2010. Leur nombre passe de 188 à 218. On en recensait 159 en 2008.

Les crimes haineux motivés par la race ou l’origine ethnique concernent 707 personnes en 2010 (762 en 2009) et 395 pour la religion (410 un an auparavant). Les noirs et les juifs restent les catégories les plus touchées.

Par ailleurs, les GLBT doivent souvent faire face à de la violence. Plus de 65% des crimes haineux se caractérisent par ce critère. Le chiffre « tombe » à 33% dans le cas des crimes motivés par la race ou l’origine ethnique et à 17% pour ceux liés à la religion.

Les chiffres « réels » sont encore pires

En apparence pourtant, les nouvelles de Statistiques Canada pouvaient apparaître dans un premier temps comme relativement bonnes : avec 1401 crimes haineux en 2010, le Canada connaît une légère baisse dans ce domaine. En 2009, 1473 avaient été répertoriés (ce qui représentait une forte hausse par rapport aux 1036 cas de 2008).

De son côté, le Québec voit  son taux de crimes haineux rester l’un des plus bas du pays avec 2,7 pour 100.000 habitants. Ce chiffre monte à 4 en Colombie-Britannique et à 5,7 en Ontario. Il est de 4,1 au Canada.

Malgré tout, les mauvais points se multiplient. Outre ceux concernant la communauté GLBT, on remarque également que nombre de crimes haineux continue de grimper au Québec : 94 en 2008, 198 (!) en 2009 et 214 en 2010. Seul l’Ontario fait pire avec … 739 cas !

Statistiques Canada précise que « le nombre de crimes haineux figurant dans la présente diffusion constitue probablement une sous-estimation du véritable nombre de crimes motivés par la haine au Canada, puisque ce ne sont pas tous les crimes qui sont signalés à la police ». En général, seul le tiers de ces « incidents » aurait été dénoncé aux forces de l’ordre.

Crédit photo : Hub☺.