Gai Écoute dévoile le registre en ligne des actes homophobes

Par  |  Aucun commentaire

Gai Écoute dévoile le registre en ligne des actes homophobes

L’initiative est sans doute l’une des premières au monde de ce type. « Nous l’avons créée afin de connaître la situation réelle de l’homophobie. La compilation et l’analyse de ces données permettra de mieux cerner la problématique et d’agir au niveau de la prévention », a déclaré Laurent McCutcheon, président de la Fondation Émergence, dans un communiqué de presse.

Le Registre d’actes homophobes (RAH) comprend une ligne téléphonique anonyme, un forum de discussion sur Internet ainsi qu’un formulaire de déclaration en ligne pour que les personnes signalent les violences et discriminations commises à leur encontre sur la base de leur orientation sexuelle. Il permet de rapporter les cas de discriminations, de harcèlement, de vol, les insultes de même que les dérapages homophobes dans les médias. Ceux qui ne souhaitent pas demeurer totalement dans l’anonymat peuvent également rapporter les incidents par courriel à [email protected].

Comprendre pour lutter

Le RAH est un outil qui permettra de compter et d’analyser de façon plus précise les actes homophobes. La compilation des données du registre permettra d’aider les organismes communautaires à mieux connaître, pour les cibler, les lieux où l’homophobie s’exprime le plus : dans les zones rurales ou urbaines, dans les écoles ou le monde du travail.

L’initiative se veut aussi une incitation pour rapporter de tels faits à la police. « On a obtenu tous les gains juridiques, mais l’on a quand même reçu l’année dernière 180 appels sur notre ligne d’écoute pour nous signaler des actes homophobes », nous a indiqué Robert Laramée, le directeur général de Gai Écoute, qui espère que le registre aidera les personnes à ne plus se demander si elles doivent rapporter un incident. « Peu importe la nature de l’acte. Nous disons : déclare-le, même si tu n’es pas certain que ce soit criminel », explique-t-il.

À Montréal comme à Chicoutimi

Lors du dévoilement de cette initiative, Laurent McCutcheon était accompagné de Johanne Paquin et Alain Gagnon, du Service de Police de la Ville de Montréal. Tous deux ont encouragé les autres services de police au Québec à appuyer Gai Écoute et à promouvoir le registre. L’organisme va notamment rencontrer les représentants des services de Montréal, Laval, Longueuil, Chicoutimi à cet effet.

Le registre des actes homophobes a été indirectement subventionné par le ministère de la Justice, via une enveloppe du Bureau de lutte contre l’homophobie, dirigé par Roger Noël et créé l’année dernière pour soutenir des projets qui contribuent à la défense et à la promotion de droits GLBT. Pour plus d’informations, consulter le site Internet : www.homophobie.org. Pour rapporter un acte homophobe, remplissez le formulaire disponible en cliquant sur le lien suivant.

Crédit photo : document remis.