France: une discothèque gaie attaquée par des néo-nazis ?

Par  |  Aucun commentaire

nimes agression gay nazis Lulu Club

L’affaire remonte au mois d’octobre dernier. Un homme sort de la boîte de nuit le Lulu Club, établissement gai situé à Nîmes, ville du sud de la France. Il aurait alors été agressé par deux hommes. Si la victime se réfugie à l’intérieur du club, l’histoire n’en reste pas là : «Les deux individus, rejoints très vite par un troisième, auraient alors décidé de briser les vitrines et les devantures du club avec des barres de fer», détaille le quotidien français Midi libre, dans son édition du 10 août.

Les agresseurs auraient « entonné ensuite des chants nazi, f[ai]t le salut hitlériens, et trait[é] les videurs de la boites, d’origine magrébine, de « sales arabes »», explique encore le journal. C’est ces événements qui ont poussé le propriétaire du club à porter de nouveau plainte pour «agression à caractère xénophobe liée à l’orientation sexuelle de son établissement», ces dernières heures. Les trois hommes en question feraient partie du régiment étranger d’infanterie situé dans la ville.

Le gérant a peur

Si à l’époque, la police est intervenue et a même interpellés les agresseurs, l’affaire n’a jamais eu plus de suite. Deux plaintes déposées n’ont eu aucune conséquence. «Il faut dire qu’à l’époque, le client qui avait été agressé n’avait pas parlé de son orientation sexuelle, et les policiers avaient conclu à une simple bagarre d’ivrognes», indique l’avocat du plaignant.

Le propriétaire affirme porter de plainte aujourd’hui car il craint pour sa sécurité et celle de ses clients. L’association IDAHO, qui défend les droits GLBT, s’est associée à son initiative.

Crédits photo: Googlemaps.