France : Nicolas Sarkozy joue la carte anti-gais

Par  |  Aucun commentaire

France : Nicolas Sarkozy Élection présidentielle contre mariage gai

À droite toute ! Nicolas Sarkozy mise sur le conservatisme pour tenter de décrocher un deuxième mandat, alors que les médias estiment que le président français annoncera sa candidature mercredi soir, à la télévision.

Tous les sondages le donnent battu par le socialiste François Hollande. La tactique de Nicolas Sarkozy est donc radicale : prendre des voix à l’extrême droite (créditée par les enquêtes d’opinion de quelque 20% au premier tour) et arriver en tête avant son face-à-face avec le candidat de gauche au deuxième tour.

Dans une entrevue accordée en fin de semaine dernière au Figaro Magazine, Nicolas Sarkzoy s’est ainsi prononcé contre l’euthanasie, contre le vote des étrangers et contre… le mariage gai. « Je n’y suis pas favorable. [….] En ces temps troublés où notre société a besoin de repères, je ne crois pas qu’il faille brouiller l’image de cette institution sociale essentielle qu’est le mariage »,  a déclaré celui qui se dit également contre l’adoption pour les couples de même sexe.

Divorce avec les gais de droite

Ces dernières semaines, le bruit courait pourtant que le président de la République pourrait inclure le mariage pour les homosexuels dans son nouveau programme, alors que sa promesse d’union civile, faite au cours de sa campagne électorale de 2007, est restée lettre morte. La stratégie de 2012 sera très différente. Premier « effet » de cette tactique : la candidate du Parti chrétien-démocrate, Christine Boutin, connue pour ses positions hostiles à la communauté GLBT, a annoncé hier soir renoncer à se présenter à l’élection, ralliant du même coup Nicolas Sarkozy.

Néanmoins, les positions conservatrices du futur candidat de la droite française font des remous à l’intérieur même de son parti, l’UMP (Union pour un mouvement populaire). Son groupe GLBT, GayLib, a annoncé qu’il ne soutiendrait pas Nicolas Sarkozy au cours de l’élection. Entre les gais et le président français, le divorce semble inévitable.

Crédit photo : World Economic Forum.