Fierté de Montréal: les personnalités politiques au rendez-vous

Par  |  2 commentaires

Fierté Montréal gay 2011 Nycole Turmel Jean-Marc Fournier

Les organisateurs de la Fierté Montréal seront doublement satisfaits. D’une part, alors que les prévisions météorologiques prévoyaient ces derniers jours nuages et averses, le soleil et la chaleur ont finalement régné en maître le 14 août, sur le boulevard René-Lévesque, entre les rues Guy et Sanguinet. D’autre part, jamais un événement gai québécois n’aura autant attiré de personnalités politiques, preuve que l’événement devient un passage obligé pour de nombreux élus.

C’est sans doute Marguerite Blais qui a résumé le mieux cette situation: « Il y a l’arc-en-ciel de la politique aujourd’hui», a rigolé la ministre québécoise des Aînés, au moment d’une « photo de famille » où posaient aussi le ministre de la Justice Jean-Marc Fournier, la nouvelle chef du NPD Nycole Turmel et le maire de Montréal Gérald Tremblay. La chef du PQ, Pauline Marois, la ministre de l’Immigration Kathleen Weil étaient aussi de la partie. En revanche pas de trace d’un quelconque représentant du gouvernement Harper.

Fierté gaie de Montréal: les militants du NPD sont venus en nombre

[DDET Lire la suite…]

Une présidente d’honneur émue

« Oui c’est un des rares événements qui réunit tout le monde, a confirmé Gérald Tremblay. On travaille à ce qui unit. C’est le but de la politique. Il y a ici des représentants de la France, du Canada, de villes américaines, de l’Europe. Si on est capables de vivre heureux ici, il nous faut exporter ce bonheur ailleurs. »

De son côté, Éric Pineault, l’un des organisateurs de l’événement, a pris la parole pour rappeler qu’il fallait « marcher pour deux raisons. D’abord l’aspect festif. Ensuite pour faire avancer les choses. Il y a encore 76 pays où on emprisonne ou on condamne à mort les LGBT. Tant que ce nombre ne sera pas moins important, on continuera à marcher. Montréal est la capitale des droits humains ». Si l’ordre des priorités détaillé par Éric Pineault laisse dubitatif, le discours a en tout cas été largement applaudi, provoquant même l’émotion d’Alice Nkom.

La traditionnelle minute de silence, respectée par tout le cortège

L’avocate camerounaise, ardente défenseuse des droits des GLBT dans son pays, était la présidente d’honneur de la fierté 2011. Dans son discours d’avant-manifestation, elle a salué l’événement : « C’est un instant exceptionnel pour moi. Que vous êtes magnifiques ! Continuez à défiler pour nous qui ne le pouvons pas. Je sais que je peux compter sur vous. Ce défilé réunit tout le monde, toutes les couleurs, toutes les religions. Il n’y a que le Canada pour faire ça », s’est-elle exclamée. « Le Québec », a répondu la foule en chœur.

Après ces mots, Alice Nkom a pris place dans une voiture pour ouvrir, à 13h, la marche juste derrière quelques motards et des bénévoles de la Fierté qui se sont démenés pour mettre l’ambiance avec leurs tambours (on les a retrouvés trois heures plus tard, totalement épuisés, assis sur le trottoir de la rue Saint-Denis). Les ambassadeurs de la Fierté, Kristine Garina et Kaspars Zalitis, militants lettons pour l’organisme Mozaika suivaient de près, ouvrant la voie à l’humoriste Alex Perron qui précédait l’ensemble des personnalités politiques.

Lady Gaga, Ralph Woods avant les Verts et le NPD

Un immense drapeau-arc-ciel tenu par une dizaine de personnes a ensuite capté l’attention, sur fond de Lady Gaga, présente tout au long du défilé avec Born this way ou Poker Face. Remarqués aussi, les danseurs du char estampillé Black and Blue où on retrouvait notamment l’ancien acteur porno Ralph Woods se trémoussant en slip.

Les associations (Québec entre elles, Gai Écoute, le GRIS, ADA, HELEM, RÉZO…) et – business oblige, paraît-il – les marques ont occupé en grand partie le reste d’une marche où les organisations politiques se sont également fait entendre. Les Verts et le NPD ont largement remporté la palme de la visibilité.

Parmi les associations présentes, le GRIS a su se faire entendre

Dany Morin, porte-parole associé sur les questions LGBT pour le parti de Jack Layton, était lui en tête du cortège, histoire de montrer que « les problèmes de la communauté sont une priorité pour le NPD ». Le nouveau député de la circonscription de Chicoutimi – Le Fjord dit avoir « voyagé un peu partout au Canada ces derniers jours, assistant à plusieurs marches, histoire de mieux cerner les choses qu’il faut avant tout régler ». Parmi elles : les droits des trans et la question des agressions contre les homos, en progression dernièrement. Autant de sujets pour lesquels il faudra encore marcher l’année prochaine. Sans pour autant oublier – ensuite – de faire la fête.

Crédits photo : Antoine Aubert et document remis.

[/DDET]

2 Comments