Évolution au Black and Blue

Par  |  Aucun commentaire

Le président du festival, Robert Vézina, ne semblait pas peu fier de compter sur des dizaines de milliers de festivaliers de toutes les tranches d’âge, dont certains ont 18 ans et d’autres sont des fidèles depuis les tous débuts, en 1991. Rappelant que les artistes viennent de différents horizons, et qu’ils « sont plus jeunes, (…) branchés sur les modes actuelles, que ce soit au niveau de la musique ou des technologies, (…) qu’ils ouvrent les yeux des gens, nous parlent de notre société, mais aussi nous divertissent », M. Vézina a tenu a spécifié que même si « le Party Black & Blue du dimanche et le nouveau volet DE-LIGHT prennent plus de place, (…) les événements dans les clubs du village, nos cocktails, brunchs, pièces de théâtre, événements sportifs » jumelés à une expertise mature en organisations d’évènements, ainsi qu’à des bénévoles et membres du comité organisateur passionnés ne manquent pas de donner un résultat intéressant. Si on compte principalement sur l’évènement principal pour attirer près de 8000 danseurs, on ne sera pas en reste avec des activités tels le Bal en cuir et le Hard Ball (qui remplace le Bal militaire).

Un évènement gratuit

Plusieurs nouveautés sont donc au menu de cette cargaison musicale : les salles « Blue » (plus trance) et « Black » (plus house), de même que le lounge où on retrouvera d’autres DJs, dont Charles Poulin, de Québec, qui se disait plus qu’excité à l’idée de participer encore une fois à cette aventure. En plus de ces trois salles, la grande nouveauté de cette année est incontestablement « le nouvel événement gratuit « DE-LIGHT » qui aura lieu dans le Hall Viger du Palais des congrès le samedi 6 octobre de 15h à 23h. (…) De pouvoir offrir un événement gratuit à la population était la prochaine étape logique pour nous. De plus, de pouvoir donner la chance à des artistes émergents de se produire sur notre scène était un but visé : qui dit « émergents » dit aussi « avenir ». Nous pensons que miser sur la jeunesse assurera un bel avenir à notre festival. De plus, si la première édition fonctionne bien, nous avons des projets d’avenir afin que DE-LIGHT puisse s’étendre à possiblement d’autre lieux. »

Une approche hétéroclite toute « montréalaise »

Parmi les artistes de cette 22ème édition, qui arborent différentes couleurs, notons entre autres la participation de David Morales (une première!), de Tom Stephan, de Stephan Grondin (un retour après son Black and Blue de 2001), de Gareth Emery et Sander Van Doorn (progressif). « Notre bon coup cette année, c’est définitivement la présence de Guy J qui sera un peu notre « Hernan Cattaneo » des deux dernières années. Il est fort attendu ! », de noter le président.

Et l’essentiel…

S’il évoquait que le festival permettait de « lâcher son fou », M. Vézina a quand même tenu à inviter les gens à respecter leurs propres limites, de même qu’à « se rappeler de ceux qui sont disparus des suites du Sida, de penser à eux comme nous le faisons à chaque année. » Il a aussi rappelé aux jeunes de se protéger, même si « quand on fait le party, on a tendance à oublier ça parfois », comme il a lancé un appel au respect et à l’ouverture (en lien avec le thème Évolution) : « pour nous, la seule façon d’évoluer est de s’ouvrir aux autres, à leurs différences et de les respecter. Nos événements servent aussi à cela !! »

Festival Black & Blue

du 3 au 8 oct, 2012

bbcm.org