Entre mer et montagnes – Matane

Par  |  Aucun commentaire

Première escale du tour de la Gaspésie, la ville de Matane est connue à travers le Québec pour ses crevettes. La ville est en effet un centre important de transformation de la crevette nordique qui est en fait pêché de l’autre côté de l’estuaire, au large de la Côte Nord. Bien sûr, c’est l’endroit tout désigné pour la déguster, mais la région a beaucoup plus à offrir.
Petite ville de 15,000 habitants à l’économie diversifiée, c’est d’abord un lieu où la mer et les montagnes s’unissent pour former un duo irrésistible. Le relief montagneux y a permis le développement d’un parc éolien important et Matane est devenu ces dernières années un centre de production d’éoliennes.
Grâce aux traversiers qui la relie à Baie-Comeau et à Godbout sur la Côte-Nord, Matane constitue un carrefour achalandé. Les visiteurs sont charmés par sa rivière à saumon de renommée internationale qui traverse la ville. En sillonnant l’arrière-pays et les villages nichés d’est en ouest en bordure du littoral de la Matanie, vous découvrirez des panoramas à couper le souffle.
À 40 kilomètres au sud-est de la ville, la réserve faunique de Matane attire les touristes. Elle couvre un territoire de 1275 kilomètres carrés dans les monts Chic-Choc au bout de la chaîne des Appalaches. La réserve faunique est un site de pêche privilégié pour la truite mouchetée, le touladi ainsi que le saumon atlantique. Le maître incontesté de la réserve est cependant l’orignal, le plus grand des cervidés. On y retrouve la plus grande concentration d’orignaux au Québec. Sans surprise, cette réserve est très prisée par les chasseurs lors de la saison de la chasse.