Entre le roman, le texto et son auteur : Frédéric Tremblay

Par  |  Aucun commentaire

RG. Comment l’écriture est-elle arrivée dans ta vie?

Frédéric Tremblay. L’écriture est arrivée alors que j’étais tout jeune. Je me souviens, à ma première production écrite, avoir découvert le plaisir des mots. En sixième année, avec des amis partageant cet intérêt des histoires, nous avons fondé un petit club d’écriture où nous partagions nos créations littéraires. Un an plus tard, j’écrivais mon premier roman Une ruse inversée.

RG. À ce moment, quels étaient les thèmes qui t’inspiraient?

F.T. Comme la plupart des jeunes de mon âge, j’étais à cette époque fasciné par le fantastique. Je me suis lancé dans une histoire intégrant le surnaturel. J’étais aussi intéressé par les romans historiques, je lisais Alexandre Dumas… J’ai donc mêlé les deux genres.

RG. Pour ta deuxième publication, tu as écrit la suite de cette histoire. C’est à partir du troisième que tu as commencé à te révéler un peu plus comme personne.

F.T. Je suis passé à un roman qui me ressemble plus. Il s’agit de l’histoire d’un jeune écrivain habitant Montréal. Je n’ai pas abordé l’homosexualité dans celui-là parce que mon orientation sexuelle n’était pas encore affirmée. Par contre j’y ai mis beaucoup de moi-même.

RG. As-tu le sentiment que tu te révèles plus depuis ta sortie du placard?

F.T. Je réalise que le fait d’avoir gagné de l’expérience de vie me permet de l’utiliser dans mon écriture. Sans être autobiographique, je me suis amusé à intégrer beaucoup d’anecdotes et d’éléments réels de ma vie dans les différents personnages de mon dernier roman, Textomachie.

RG. Où te vois-tu dans dix ans?

F.T.Je crois que je n’écrirai plus autant. J’ai des projets de roman important à réaliser dans les années à venir, mais j’étudie présentement en sciences de la nature dans le but de me diriger vers la médecine. Je ne veux pas être esclave de la création. Je veux qu’elle vienne d’une impulsion plutôt que de me contraindre à la productivité.

Textomachie 

En librairie dès maintenant ! Joey Cornu Éditeur, 448 pages, 16,95$

Photo de Frédéric Tremblay par Bianca Lecompte pour RG