Eaux bleues et bleuets / Lac-Saint-Jean

Par  |  Aucun commentaire

Le lac Saint-Jean avec ses quelque 1000 km carrés de superficie est le 3e plus grand lac du Québec. Entouré de massifs montagneux et ceinturé par des terres agricoles fertiles, en passant des paysages du fjord du Saguenay, le changement de paysage est prononcé. Après la dernière glaciation, la fonte des glaciers a provoqué l’apparition d’une vaste étendue d’eau appelée la mer de Laflamme connectée directement au fleuve Saint-Laurent. Au fil du temps, les eaux se sont retirées pour former le lac que l’on connaît aujourd’hui. Plusieurs espèces de poissons et de plantes se sont adaptées à l’eau douce et sont encore présentes aujourd’hui dont la ouananiche ou saumon atlantique

Le lac Saint-Jean fascine par la beauté de ses paysages et la richesse de son environnement. Alors que les eaux de l’estuaire et du golfe demeurent très froides, chaque année, les plages autour du lac Saint-Jean accueillent des milliers de baigneurs pendant la saison estivale. Le plan d’eau se transforme alors en une véritable station balnéaire avec des eaux pouvant atteindre une température de 25 degrés Celsius durant les chaudes journées de l’été. Les adeptes de la baignade y profitent d’une eau de très bonne qualité.

En 1870 un grand feu s’est propagé dans la forêt boréale et a a rasé presque complètement la forêt à partir de Saint-Félicien jusqu’aux limites de Chicoutimi. Les bleuets, premières espèces  qui poussent après un feu au lac Saint-Jean, sont devenus dominants dans le paysage quelques années après l’incendie. Pendant plus d’un siècle, les bleuets ont donc été présents dans l’alimentation et dans l’environnement de la plupart des familles jeannoises. Cela a valu aux habitants du Saguenay-Lac Saint-Jean d’être surnommés  ‘bleuets’ ou ‘beluets’ par les autres Québécois.