DJ en cinq questions: Pierre De Lux

Par  |  Aucun commentaire

pierredelux

Être. Premier engagement officiel ?

Pierre De Lux. C’était lors de mon premier événement rave que j’avais organisé en janvier 2003. Avec l’aide d’une solide programmation de talents locaux comme Axel Klein, Juniah, Iznogood, Hidra et Paratonerf, la capacité de l’événement avait rapidement été atteinte. Cette situation m’avait même obligé d’ouvrir une seconde salle. Un sentiment assez extraordinaire pour un nouveau promoteur…

Être. Ton meilleur souvenir ?

P.DL. S’il me fallait en choisir qu’un seul… je te dirais sans hésitation d’avoir eu l’extraordinaire chance de jouer au très réputé Pub Saint-Germain, à Paris! Sinon, je mentionnerais également une fin de semaine démente à Brooklyn (New York) ou encore une soirée unique dans la Play Room du Circus Afterhours, avec le sympathique Clifford Brown, du collectif Mirrorballs. Je pense aussi au Dagobert Nightclub de Québec, où j’ai été reçu comme un véritable roi!

Être. Dans quel endroit du monde aimerais-tu jouer ?

P.DL. Tu vas certes rire, mais je te dirais tout simplement ici, au Piknic Electronik. Sinon, le geek en moi te répondrait au légendaire (((Stereo))), afin d’avoir la chance de performer avec le mixer Urei 1620 et leur système de son à faire rougir la grande majorité des clubs de la planète.
Tu aimerais des endroits plus exotiques? Alors allons-y pour le Womb de Tokyo, le Warung au Brésil et surtout, le DC10 d’Ibiza, pour son Circo Loco.

Être. Es-tu davantage discothèque ou afterhours?

P.DL. Entre les deux… l’afterhours pour sa liberté musicale. Sinon, j’adore les lounges, les bars, les lofts partys et les afters partys. Bref, le Salon Daomé de l’avenue Mont-Royal les résume pas mal tous. Il y a aussi le Parking Nightclub, où le public te suit et répond à ta prestation. C’est un pur délice! En fait, qui n’aime pas jouer le jour et en soirée sur une magnifique terrasse en bordure d’une piscine ou de la mer, comme à Ibiza et Miami? Difficile à battre!

Être. Qui sont tes DJs préférés?

P.DL. La liste est vraiment très longue… Laurent Garnier pour le contrôle total de son art et sa polyvalence. Agoria pour sa sélection musicale qui tombe pile dans mes cordes! (rires). Il y a aussi Jimpster pour sa sonorité deep house parfaite et son respecté label Freerange Records, Maya Jane Coles pour ses productions rafraichissantes et Sven Vath pour son excentricité et pour m’avoir inspiré dès le début.
Je pense aussi à des artistes comme Joris Voorn et Radio Slave qui ont mis le Tech House sur la carte, Carl Craig pour sa grande classe et ses productions de qualité, Plastikman (alias Richie Hawtin) pour m’avoir ouvert au techno à mon adolescence et Steve Bug pour ses performances intéressantes et son label Poker Flat Records.
Enfin, je voudrais mentionner Anthony Rother pour son aspect LIVE réel, Félix da Housecat pour sa joie de vivre, qui se partage dans sa prestance, son sourire sur scène et ses sets Funky Disco Electro House qui feraient danser n’importe qui, n’importe où, n’importe quand et ce, sur n’importe quelle planète.
Crédits photo: DR.