Deux ans pour Mec Plus Ultra : entre anniversaire et départ

Par  |  Aucun commentaire

Mec Plus Ultra

RG. À la base, pourquoi avoir choisi le Belmont -qui fête justement ces 25 ans cette année- pour le Mec Plus Ultra ?
Antoine Bédard. Nous cherchions un endroit central, idéalement sur le Plateau. Le choix du Belmont paraissait inévitable. Le bar avait pourtant passé son heure de gloire depuis longtemps, mais l’enthousiasme des propriétaires lors de la présentation du projet, la division de l’espace et l’emplacement du bar rendaient l’endroit idéal.
RG. Pensez-vous que vous avez redonné un vent de fraicheur à l’endroit?
A.B. C’est certain! Le Belmont accueille aujourd’hui la crème de la crème du monde la nuit à Montréal avec des soirées «I Love Neon» en passant par «Frenche ou meurs». C’est bien à Mec Plus Ultra que revient le mérite d’avoir redonné une nouvelle vie au Belmont, ce qui aurait été impensable il y a quelques années. Nous savions que l’endroit souffrait un peu d’un manque de dynamisme avant notre arrivée, mais le potentiel de l’endroit était trop grand pour que nous passions à côté.
RG. Qu’est-ce qui explique le succès incontestable du Mec Plus Ultra?
A.B. Au moment où Mec Plus Ultra a été créé, il était très clair que de plus en plus de gais ressentaient le besoin de sortir du Village, où l’on retrouve souvent la même clientèle et les mêmes styles musicaux. En proposant des thèmes variés à chaque événement mensuel, et plus tard bimensuel, des projections de grande qualité et surtout une programmation musicale radicalement différente, Mec Plus Ultra s’est immédiatement démarqué des autres soirées gaies de Montréal. La formule de Mec Plus Ultra est gagnante à tous les niveaux puisqu’elles rassemblent une foule de gens qui partagent les mêmes intérêts, comme la musique electropop ou encore les arts visuels en passant par la mode et le cinéma, mais sans aucune forme d’exclusion ou d’élitisme que ce soit.
R.G. Le succès de vos soirées est aussi beaucoup lié à vos collaborations musicales ?
A.B. Effectivement, la fiche de lecture de Mec Plus Ultra est impressionnante! En deux ans, la soirée a vu passer parmi les meilleurs groupes locaux et DJs de Montréal (We Are Wolves, Think About Life, A-Rock, Mini, Numéro#, Ghislain Poirier, Hatchmatik), mais aussi du reste du pays (Speakerbruiser Rob, Dragonette) et même de l’étranger (The XX). La soirée a aussi permis à certains groupes comme Diamond Rings, Axxe et Young Empires de présenter leur musique en concert et de rejoindre un nouveau public, de plus en plus nombreux.
D’ailleurs, le 20 novembre 2010 s’annonce comme un «Mec Plus» des plus intenses! Julien de Repentigny, qui a annoncé son départ prochain pour Londres, veut en mettre plein la vue : on y retrouvera le groupe torontois montant Young Empires en concert et seront invités tous les DJs et collaborateurs de Mec Plus Ultra des deux dernières années. Ce sera vraiment une soirée incontournable.
R.G. Vous allez donc perdre un joueur important de votre trio?
A.B. C’est certain qu’avec le départ de Julien, la soirée perd un créateur de taille (on lui doit notamment le logo officiel de la soirée et toutes les images des prospectus), une véritable machine à idées! Mais il nous laisse entre les mains une soirée encore en pleine ébullition et nous avons maintenant l’expérience nécessaire pour assurer un avenir prometteur à Mec Plus Ultra. François Guimond et moi-même sommes d’ailleurs prêts pour nous engager dans une troisième année qui s’annonce des plus enlevantes afin d’épater tous les fidèles de «Mec Plus» et de faire ainsi encore longtemps trembler les murs du Belmont.